Mettre en place un autorépondeur Facebook

Répondeur
Pour les entreprises, l’un des principaux défis sur Facebook, c’est qu’il n’y a pas quelqu’un capable de répondre 24 h sur 24. Non seulement, ce délai de réponse peut nuire à l’expérience client, mais elle a une incidence sur les statistiques de réponse sur Facebook. Une façon d’améliorer la situation est de mettre en place un autorépondeur Facebook.

Comment mettre en place l’autorépondeur Facebook

L’autorépondeur sur Facebook est facile à mettre en place.
1) Allez dans la section « Paramètres » (en haut à droite de votre page entreprise)
Autorépondeur Facebook
2) Choississez la section « Messagerie » dans le menu de gauche.
Autorépondeur Facebook
3) Descendez jusqu’à « Assistant de réponse » et activez « Envoyer des réponses automatiques à quiconque envoie un message à votre page »
Autorépondeur Facebook
4) Appuyez sur « Modifier » pour inscrire votre message.
Une autre option qui est intéressante est de mettre un message lors de vos heures de fermeture ou lorsque vous êtes absent. Personnellement, j’ai tendance à privilégier cette approche. Vous pouvez le faire en activant l’option à côté de « Répondez même quand vous n’avez pas accès à votre ordinateur ou votre téléphone ». Vous pouvez ainsi programmer les moments d’absence à l’avance.
Autorépondeur Facebook

Quoi écrire dans son autorépondeur Facebook?

Rappelez-vous que l’autorépondeur ne remplace pas une réponse réelle. Vous devez répondre le plus rapidement possible. Par contre, cela vous permet de gagner du temps et de montrer à la personne que sa question sera traitée.
Le message de base commence par une salutation ou un remerciement. Par exemple : Merci d’avoir pris contact avec nous. Nous ne pouvons vous répondre immédiatement, mais soyez sûr que votre message sera pris au sérieux et que nous communiquerons avec vous dans les prochaines heures.
Pour une réponse plus rapide, vous pouvez nous appeler au xxx-xxxx.

Créer une séquence de courriels pour vendre

Image qui montre la croissance d'une fleur pour imager une séquence de courriels pour vendre.

Comme je le disais dans l’article sur l’automatisation des courriels, l’équilibre est précaire entre une séquence de courriels efficace et un pourriel (du moins dans la réception de vos messages par vos prospects). Les gens vous ont laissé leur courriel en toute confiance parce que vous leur avez proposez quelque chose qui avait de la valeur à leurs yeux (un livre, un bonus, un rabais, etc.). Tâchez de ne pas en abuser.

Avant d’écrire votre séquence de courriels, il importe de déterminer votre objectif (par exemple : que les gens s’inscrivent à votre formation). Il faut aussi penser à son déclencheur. Une fois ces deux décisions prises, il faut penser à une page de vente. Idéalement, le courriel sert d’appât pour mener vers la landing page qui, elle, va avoir pour objectif de conclure la vente.

La bonne approche pour une séquence de courriels

En ce sens, le but du courriel est d’attirer l’attention, mais aussi d’établir la confiance. Dès le titre, il faut que les gens aient envie de l’ouvrir et d’en savoir plus.

L’approche est importante. Si le prospect est qualifié, car il a fait une action qui s’approche de l’achat (ou encore si c’est un client actuel), on doit se positionner comme un expert qui peut l’aider à répondre à un de ses besoins. Si, au contraire, l’action est loin de celle d’achat, il faut plutôt établir la relation avec une approche basée davantage sur le partage de contenu à valeur ajoutée. Cela dit, même dans un discours de vente, il faut offrir une valeur ajoutée pour notre interlocuteur (en donnant des conseils ou des outils par exemple).

Il faut que le sujet soit donné dès le titre et que le premier paragraphe de votre texte exprime clairement de quoi il s’agit. Évitez les approches trop subtiles qui mèneraient le client sur une fausse piste. Soyez aussi clair et précis que possible.

Le ton doit être amical avec une touche personnalisée (le nom de l’interlocuteur par exemple). Si c’est possible, parlez en votre nom et non en celui de votre entreprise. Concrètement, vous êtes Pierre-Luc Lafrance de Lafrance Communication et non Lafrance Communication. Le ton doit être celui de la discussion, comme si la personne était devant vous. Par contre, il faut adapter ce ton à la clientèle. Par exemple, si votre clientèle est plus âgée, vous devriez prioriser le vouvoiement.

Les phases d’une série de vente

Une série de vente comporte habituellement trois phases. La première comprend trois courriels, la deuxième trois à cinq et la troisième un seul. Cela fait un total de 7 à 9 courriels sur une période de trois à quatre semaines.

Une fois que la série est déclenchée, vous lancée la première phase. L’objectif de ces premiers contacts est d’offrir de la valeur au prospect pour s’établir comme un spécialiste et gagner la confiance (et la sympathie) du client potentiel.

Premier courriel (dès le déclanchement de la série) : Vous envoyez le bonus, le code de promotion ou le lien de téléchargement. Vous pouvez en profiter pour parler un peu de vous et, surtout, remercier la personne de vous faire confiance. On ne parle pas de vente ici.

3 à 5 jours plus tard : vous pouvez faire un suivi. Lui demander si elle a des questions. En profiter pour voir si l’information que vous lui avez envoyée a été utile.

3 à 5 jours plus tard : Vous pouvez lui revenir avec un produit complémentaire. Une vidéo sur le même thème. Un livre à télécharger qui développe un sujet connexe, etc.

Seconde phase de courriels : la vente proprement dite

Une semaine plus tard, vous proposez vos services à votre lecteur de façon plus directe. Vous offrez une offre spéciale pour une durée limitée (ou d’un nombre limité) pour inciter à l’achat. Cette offre peut être un rabais, une valeur ajoutée ou même une offre qui ne reviendra jamais. Profitez-en pour faire un lien avec le contenu que vous avez partagé en expliquant ce que vous avez fait pour un ou plusieurs clients dans ce domaine.

2 à 3 jours plus tard : vous revenez avec les avantages de votre service. Vous pouvez replacer en contexte, dire quelque chose du genre « On a beaucoup parler de l’offre jusqu’à maintenant, mais je n’ai pas eu le temps de t’expliquer comme il faut les avantage de mon produit/service ».

Ensuite on envoie un à trois autres courriels à deux ou trois jours d’intervalle. Cela peut être une vidéo qui montre le service ou le produit en action, un témoignage de client, une série de questions-réponses, etc.

Souvent, il est de bon ton d’ajouter un dernier courriel à 24 h de la fin de la promotion pour installer le sentiment d’urgence et rappeler que l’offre ne reviendra pas.

La troisième phase : le suivi

Si la personne a acheté le produit, vous la remerciez.

Sinon, vous pouvez soit : a) lui faire une dernière offre (par exemple : achetez d’ici deux jours et si vous n’êtes pas satisfaits après une semaine, vous pouvez demander un remboursement complet) b) lui envoyer un petit sondage pour savoir ce qui clochait avec notre offre (quelles sont les raisons pour lesquelles il n’a pas acheté alors qu’il semblait intéressé), c’est aussi le moment de savoir si les gens ont trouvé la séquence trop intrusive ou agressive.

Une fois la campagne terminée, vous pouvez ajouter les gens à votre infolettre régulière. Vous pouvez aussi, si vous le souhaitez, relancer une autre séquence de courriels plus tard. Personnellement, je ne le conseille pas.

Bing Places : pour plus de visibilité

Bing Places

Comme entrepreneur, il faut profiter de toutes les visibilités qui nous sont offertes. J’ai déjà parlé de Google Mon Entreprise qui permet d’accroître GRATUITEMENT sa visibilité sur Google. Mais il y a aussi l’équivalent sur Bing : Bing Places. En gros, c’est un service équivalent qui permet de ressortir plus facilement lors de recherches sur Bing.

Oui, je sais, 90% des recherches sont sur Google… mais est-ce une raison de se priver du 7 à 9 % qui vient avec Bing? Sans compter que s’inscrire sur Bing Places ne prend que quelques minutes et coûte un gros rien du tout.

Pour commencer, allez sur le site de Bing Places : https://www.bingplaces.com/ 

Bing Places

1)      Appuyez sur commencer

2)      Inscrivez vos informations (pays, nom de l’entreprise, code postal)

Bing Places

3)      Si l’entreprise est trouvée, vous pouvez la réclamer, sinon, vous pouvez la créer.

Bing Places

4)      Inscrivez vos coordonnées

Bing Places

Et le tour est joué! Comme avec Google Mon Entreprise, vous pouvez ajouter des photos et personnaliser votre page selon vos besoins.

Écrire à quelqu’un qui ne fait pas partie de son réseau LinkedIn

réseau LinkedIn
Un des avantages de prendre un compte Premium sur LinkedIn est la possibilité d’écrire des messages (InMail) à des gens qui ne font pas partie de son réseau LinkedIn. Sauf que cela revient assez cher juste pour écrire des messages. Heureusement, il y a des façons de contourner ce problème. Nous en verrons deux ici.

1) Ajouter une note à une invitation à joindre son réseau LinkedIn

Peu importe la situation, je vous conseille toujours d’ajouter une note lors de vos demandes pour joindre le réseau de quelqu’un. Cette touche personnalisée permettra d’obtenir plus de succès qu’une invitation générique. Cela vaut donc la peine de passer par son ordinateur pour écrire à quelqu’un plutôt que de passer par son téléphone où il n’y a que les messages génériques. Si vous voulez vraiment écrire à quelqu’un qui n’est pas dans votre réseau, vous pouvez profiter de cette note pour lui écrire un court message (l’espace est limité) qui l’invite à vous contacter par courriel, par téléphone ou en joignant votre réseau.

réseau LinkedIn

2) Joindre le groupe auquel participe la personne visée

Ici, c’est un peu plus compliqué, mais encore plus efficace. Il faut d’abord regarder le profil de la personne que vous voulez joindre. Dans le bas de la page, on a la liste de ces centres d’intérêts. Si elle fait partie d’un groupe, vous le verrez. Il suffit alors de cliquer sur le groupe pour y accéder. Vous pourrez alors faire une demande pour joindre le groupe si vous n’êtes pas encore membre.
réseau LinkedIn
Pour écrire à un membre, il faut aller à la droite de la page. Vous verrez le nombre de membres du groupe. Si vous appuyez dessus, vous arrivez à la liste des membres. Si vous mettez le curseur de votre souris par-dessus un membre, vous verrez à la droite de son nom une enveloppe. Appuyez dessus pour lui transmettre un message privé.
réseau LinkedIn
Sinon, il y a toujours la possibilité de voir si on a un ami en commun avec la personne qu’on veut contacter. Si c’est le cas, demandez à cet ami de vous mettre en contact.

Lier sa page Facebook à son compte Instagram

Lier sa page Facebook à son compte Instagram

Dans un soucis d’optimisation de ses médias sociaux, un client m’a dit qu’il voulait lier sa page Facebook à son compte Instagram. Je ne suis toujours pas fans de publier toutes vos publications en même temps sur deux médias sociaux différents. En effet, chaque média devrait avoir sa propre stratégie. Par contre ici, il y a un réel avantage. Maintenant que ces deux médias sont dans la même famille, il n’y a pas de raison de ne pas lier les deux comptes. En effet, vous pouvez contrôler certains éléments de votre page Instagram par Facebook et, surtout, vous pouvez faire de la publicité Instagram à partir des outils Facebook. Cela évite de passer par votre tablette ou votre téléphone. On peut aussi diffuser une publicité en un clic sur les deux plateformes.

Comment lier sa page Facebook à son compte Instragam ?

  • Allez dans Paramètres sur votre page professionnelle.

Lier sa page Facebook à son compte Instagram

  • Choisissez l’onglet Instagram dans le menu de gauche.

Lier sa page Facebook à son compte Instagram

  • Appuyez sur « Se connecter »

Lier sa page Facebook à son compte Instagram

 

À partir de là, il suffit d’entrer son mot de passe et son nom d’utilisateur. Si vous n’en avez pas, c’est possible de créer le compte ainsi (mais je vous conseille de vous connecter rapidement sur mobile pour porter des ajustements). En effet, à moins de passer par un outil externe, on ne peut pas publier sur Instagram à partir de son ordinateur.

Lier sa page Facebook à son compte Instagram

Comment lier son compte Twitter à son compte Facebook?

Lier son compte Twitter à son compte Facebook
Dernièrement, un client m’a demandé comment lier son compte Twitter à son compte Facebook pour partager automatiquement ses publications Facebook sur Twitter. Je lui ai donné les explications qui suivent. Par contre, je l’ai mis en garde (et je le fais avec vous aussi), je ne crois pas que ce soit une bonne chose de partager tout ce que vous faites sur les deux médias. En effet, Twitter et Facebook ont des modes de fonctionnement différent et vous devriez avoir une stratégie propre à chacun.

Première étape : Accédez à www.facebook.com/twitter

Lier son compte Twitter à son compte Facebook

Deuxième étape : Cliquez sur « Lier mon profil à Twitter » ou « Lier une Page à un compte Twitter ».

Troisième étape : Si vous avez plusieurs pages, choisissez celle que vous voulez lier à votre compte Twitter.

Quatrième étape : Autorisez l’application à utiliser votre compte.

Lier son compte Twitter à son compte Facebook.
À partir de là, votre compte Twitter est lié à votre compte Facebook, mais le travail n’est pas terminé.

Cinquième étape : C’est très important de choisir le type de publications que vous souhaitez partager.

Pour cela, il faut retourner à www.facebook.com/twitter
Sous « Modifier les paramètres », cliquez sur vos choix afin de partager le bon contenu sur Twitter.
Lier son compte Twitter à son compte Facebook.

Sixième étape : Cliquez sur Enregistrer les modifications.

Organiser un webinaire

Organiser un webinaire
Il y a quelques semaines, je traitais de comment intégrer le webinaire dans son marketing Web. Cette semaine, je vais aller plus loin avec des conseils sur l’art d’organiser un webinaire.
Sur le plan matériel, ce n’est pas compliqué : cela prend un micro de qualité (sans tomber dans les dépenses onéreuses), une caméra qui offre une bonne résolution et une petite pièce bien éclairée et sans écho. Idéalement, on ajouterait à cela un deuxième écran : le premier est dédié au webinaire, alors que le deuxième sert à mettre vos notes et les outils nécessaires pendant votre présentation. À cela j’ajouterais un outil pour calculer le temps afin de respecter votre échéancier.

Organiser un webinaire : comment remplir sa salle virtuelle?

À la base, profitez de tous vos réseaux pour faire connaître l’activité : infolettre, médias sociaux, listes de contacts, etc. Annoncez aussi l’information sur votre site. Sinon, voici d’autres trucs :
1) Associez-vous à des partenaires ou à des co-organisateurs pour profiter de leur réseau tout en leur faisant profiter du vôtre!
2) Créer un événement Facebook pour faire la promotion de l’événement.
3) Faites de la publicité sur les médias sociaux pour sortir de votre réseau et attirer de nouveaux prospects.

Organiser un webinaire : avant le jour J

À cette étape, la chose la plus importante est de faire des tests. C’est la meilleure façon d’éviter les mauvaises surprises. Petit truc : faites des tests avec plusieurs intervenants. C’est souvent dans la gestion de la salle (quand elle est bien pleine) que les problèmes surviennent.
Sinon, assurez-vous de préparer votre contenu et de pratiquer votre présentation.
De plus, débutez le webinaire sans partage d’écran au moins 30 minutes avant pour vous assurer que tout fonctionne

Pendant le webinaire

Lors du webinair, éteignez tous vos logiciels qui ne serviront pas ainsi que les onglets de l’ordinateur. Coupez Skype et toutes les notifications que vous pouvez recevoir. Il faut à tout prix éviter les distractions. Rien de pire qu’être dérangé en plein milieu de votre webinaire. Dans le même ordre d’idées, fermez votre téléphone. Si vous vous en servez pour faire le suivi du temps, pensez au moins à le mettre sur vibration.
Assurez-vous de sourire… et de respirer. C’est aussi une bonne idée d’avoir un verre d’eau à portée de main.
N’oubliez pas de lancer l’enregistrement du webinaire si l’action ne se fait pas automatiquement.
Enfin, prévoyez un moment pour répondre aux questions. Vous pouvez le faire en temps réel, mais je propose d’annoncer dès le début qu’il y aura une période de questions à la fin. Cela va vous permettre de mieux contrôler le contenu et le déroulement de la rencontre. Idéalement, vous devriez répondre à tout. Lorsque vous n’avez pas la réponse, faites le suivi par la suite.

Après le webinaire

C’est à ce moment qu’on va réécrire aux participants pour les remercier et pour répondre aux questions laissées en suspens.
Je vous conseille aussi de les relancer avec une séquence de courriels pour vendre. Cela va vous permettre d’obtenir de bons résultats.

Les principales erreurs quand on lance un site Web

Les principales erreurs quand on lance un site Web.

Quand on se lance en affaires, on a souvent plein de projets et peu d’argent. Toutefois, il faut certains outils de base… dont un site Internet. C’est pourquoi il importe de faire des choix intelligents, car les conséquences vont nous suivre dans les mois et les années qui suivent. Voici certains trucs pour éviter les principales erreurs quand on lance un site Web.

1)   Opter pour les solutions gratuites pour créer un site Web

Pour moi, il s’agit d’une des principales erreurs en marketing Web. Encore cette semaine, je parlais à une jeune entrepreneure qui est au stade du prédémarrage. Elle a trouvé une solution gratuite et voulait lancer son site… quand elle s’est rendu compte que son principal concurrent a exactement le même site. En effet, un des problèmes des solutions gratuites, c’est que souvent cela donne quelque chose de trop générique qu’on peut retrouver chez d’autres entreprises.

L’autre grosse faiblesse de ses solutions, c’est les difficultés à bien référencer le site (j’y reviendrai).

Personnellement, j’ai un faible pour WordPress. Pourquoi? Parce qu’il est personnalisable, ce qui fait que chaque site a son unicité. De plus, avec Yoast SEO, on a un super outil, gratuit, pour optimiser son site Internet. Il y a sans cesse des mises à jour à une foultitude d’applications pour à peu près toutes les utilités possibles. Il est facile à prendre en main pour assurer la mise à jour. Enfin, il y a beaucoup de développeurs qui travaillent sur cette plateforme, alors vous n’êtes pas dépendant d’une personne (ce qui est le gros problème avec les solutions développées sur mesure).

2)   Ne pas avoir d’objectif avec son site

J’en ai déjà parlé sur ce blogue, mais il est essentiel d’avoir un objectif quand on a un site, un appel à l’action. Il faut amener les visiteurs à poser une action pour qu’ils se compromettent avec votre entreprise. Les internautes sont des enfants qui souffrent d’un TDAD, qui ne sont pas médicamentés et qui sont sur un rush de sucre. Traduction : leur capacité d’attention est limitée.

Il y a de fortes chances qu’ils visitent beaucoup de sites sur un même sujet. S’ils n’ont pas posé d’action concrète sur votre site (s’ils n’ont pas établi une relation avec vous), les chances qu’ils se transforment en clients sont minces.

3)   Le référencement

Un site qui ne sort pas sur Google, est un site qui ne sort pas. Autre fait vécu : un client avait un super beau site et celui qui a développé son site lui a fait payer pour son référencement. Il croyait donc que son site était optimisé pour les moteurs de recherche. Même que le spécialiste SEO de la firme lui assurait que tout était nickel. Après tout, il sortait sur la première page sur Google.

Pourtant, le client était inquiet parce qu’il ne recevait jamais de demandes de soumission par son site. Il m’en parle et je regarde : non, son site ne sort pas sur Google. Le pseudo-spécialiste passait par le compte du client pour faire ses recherches de test. En effet, il sortait alors très haut parce que le client visitait souvent son propre site. Ainsi, lorsqu’il faisait des requêtes sur le moteur de recherches, celui-ci lui donnait la réponse qu’il croyait la plus appropriée sur lui. Quand on passait en mode privé, le site sortait à la page 6.

Les deux dernières erreurs quand on lance un site Web

Cela m’amènerait à un quatrième point dans cette liste des principales erreurs quand on lance un site Web : ne faites pas confiance à n’importe qui. Par exemple, dans le cas d’une campagne Google AdWords, un client me confiait que l’entreprise qui s’en occupait pour lui faisait un suivi aux deux semaines… Deux semaines! Aussi bien dire une éternité dans le monde numérique.

Tiens et un petit cinquième pour la route : n’hésitez pas à faire affaire avec un ou une graphiste professionnel pour votre visuel. Parce que la première impression, c’est important.

Des outils pour être plus efficace sur Instagram

Instagram

Instagram occupe de plus en plus de place dans le domaine des médias sociaux. De plus en plus, les entreprises se doivent d’y être actives. Cette semaine, je vous présente quelques outils qui vont vous aider à y faire votre place.

Comment publier sur Instagram à partir de son ordinateur ?

Pour les dinosaures comme moi qui préfèrent travailler avec leur ordinateur qu’avec une tablette ou un téléphone intelligent, Instragram peut causer des désagréments. Heureusement, il existe une foule d’outils pour optimiser votre expérience sur cette plateforme.

Vous pouvez toujours passer par un outil externe pour planifier vos publications (et, par le fait même, passer par votre ordinateur pour publier sur Instagram). Personnellement, je travaille avec Hootsuite, mais vous pouvez passer par Buffer ou autre.

Vous pouvez aussi passer par Gramblr qui est en quelque sorte l’outil officiel pour publier sur Instagram à partir de son ordinateur.

Cela va vous simplifier la vie si vous avez une grosse banque d’image sur votre disque dur et que vous ne voulez pas vous les transférer chaque fois que vous voulez en publier une.

Pour partager des publications sur Instagram

Par défaut, on ne peut pas partager les publications des autres sur Instagram. Il faut dire que cette plateforme se concentre surtout sur la production de contenu. Par contre, il peut être intéressant (à l’occasion) de repartager un message. Pour le faire, il suffit de passer par une application externe comme Repost Photo & Vidéo. Si vous faites une recherche sur Apple Store ou sur Google Play, vous devriez en trouver plusieurs. Personnellement, je conseille de vous attarder à la note et aux commentaires avant de faire votre choix.

Quelques bonnes pratiques

  • Sur Instagram, les mots-clics sont au coeur de votre succès. Vous pouvez vous positionner sur une trentaine de mots-clics (hashtags) par publications. Personnellement, je conseille de vous limiter à une dizaine. Pour en savoir plus sur les mots-clics, je vous invite à lire mon texte sur le sujet.
  • Misez sur l’humain. Pensez vos publications en fonction du média. Mettez l’accent sur les images, évitez de passer en mode promotion agressive et montrez un aspect humain de votre entreprise.
  • Comme sur toutes les plateformes : soyez généreux. Répondez à votre communauté, mettez vos clients, employés et partenaires en valeur.
  • Misez sur la vidéo en direct et sur les stories pour créer un sentiment de proximité avec votre clientèle.
  • Amusez-vous et explorez, c’est la plateforme parfaite pour essayer des choses.

 

Intégrer le webinaire dans son marketing Web

webinaire

Qu’est-ce qu’un webinaire? C’est une conférence (ou une formation ou une démonstration ou…) à laquelle les participants assiste en ligne. Le terme vient de l’abréviation de web et de séminaire. Une des particularités du format, c’est qu’il invite à l’interactivité. Les participants peuvent poser des questions et l’animateur va intervenir en temps réel.

Les raisons d’organiser un webinaire sont multiples. Ça peut être pour donner une formation ou animer une réunion. Dans bien des cas, on s’en sert pour tester un produit ou une idée. C’est aussi une bonne façon de démontrer votre expertise ou de présenter votre entreprise. D’autres s’en servent pour mettre en valeur une offre spéciale. Dans une stratégie de marketing Web, le webinaire est une bonne façon d’amasser des courriels de prospects. Ensuite, on peut lancer une séquence de courriels pour vendre ou les intégrer à notre infolettre.

Les avantages du webinaire

  • Économie de temps et d’argent. C’est facile à organiser et on n’a pas de contrainte géographique.
  • Permet de partager de l’information facilement en touchant les différents sens.
  • Possibilité d’enregistrer la présentation pour la rendre disponible pour le visionnement plus tard.
  • Permet de toucher plusieurs personnes en même temps et de répondre aux questions de la clientèle.
  • Permet de se positionner comme expert en offrant du contenu à valeur ajoutée.

Prévoir son webinaire

La première étape est la planification. On doit savoir à qui on s’adresse (son public cible). Quels sont nos objectifs avec cette stratégie? Il faut aussi déterminer un objectif est découper la séance pour être le plus efficace possible. Par exemple, on pourrait commencer par une présentation de l’entreprise, puis une démonstration d’un nouveau produit et terminer avec une séance de questions.

Dans tous les cas, il faut s’assurer que le public apprenne quelque chose d’utile. Un webinaire s’inscrit dans une stratégie de contenu… Il faut donc offrir un contenu à valeur ajoutée aux gens qui le suivent.

Quelques bonnes pratiques

  • Il faut répondre aux questions. Gardez une période pour cela à la fin et essayer de répondre en temps réel lorsque c’est possible.
  • Donner l’ordre du jour dès le départ.
  • Trouver un co-organisateur. Cela permet de bénéficier des deux réseaux dans l’organisation de l’activité et donc de toucher plus de monde.
  • Prévoir la mise en marché du webinaire pour toucher le plus de monde possible.
  • Terminer avec un appel à l’action pour transformer les participants en prospects.