Articles

article sur linkedIn

Saviez-vous qu’il est possible de publier des articles sur LinkedIn? Il ne s’agit pas de publications normales, mais bien de textes plus longs qui permettent de démontrer votre compétence. En fait, pour ceux qui n’ont pas de blogue, il est possible d’en tenir un en publiant des articles sur LinkedIn.

C’est simple, au lieu de publier normalement, appuyer sur « Rédiger un article ».

 

Articles sur LinkedIn

Vous arrivez ensuite sur le modèle suivant :

Articles sur LinkedIn

On peut mettre une image d’en-tête, inscrire le titre, mettre un texte et des visuels (photo ou vidéo). Quand tout est prêt, on appuie sur « Publier » en haut à droite.

Les avantages de publier des articles sur LinkedIn

  • Les articles sont mieux référencés que les publications régulières.
  • Cela permet de sortir de votre réseau régulier et de toucher un plus grand nombre de personne.
  • Vous avez accès à une foule de statistiques sur chacune de vos publications.
  • Cela permet de développer une stratégie de contenu sans avoir à gérer un blogue.
  • C’est un contenu qui se partage facilement.
  • Cela permet de démontrer votre expertise.
Bloguer

Bloguer demande un investissement important en temps ou en argent. Par contre, pour une entreprise qui veut s’engager dans une stratégie de contenu, c’est un outil diablement efficace. Attention, ce n’est pas un outil de vente directe. C’est plutôt un moyen de développer son marketing de soi en se positionnant comme un spécialiste dans son domaine et comme quelqu’un de généreux qui partage son savoir avec sa clientèle.

Pour plusieurs, l’idée de créer plusieurs articles ou billet de blogue peut faire peur. Il faut voir les choses d’un autre œil : ce qui est vraiment demandé, c’est de parler de votre passion. Et si votre domaine vous passionne vraiment, vous ne devriez pas avoir de difficulté à trouver des sujets. Un truc, c’est de voir le blogue comme un livre et d’imaginer chaque billet comme un chapitre. Avant de commencer l’écriture, faites votre table des matières, vous aurez ainsi un plan des différents sujets à aborder. Et, ne vous en faites pas, d’autres idées vous viendront en cours de route.

Les raisons de bloguer

On blogue, parce que cela…

  • Permet de communiquer avec sa clientèle. De plus, la formule du blogue permet d’ouvrir un dialogue et d’en savoir plus sur son public.
  • Aide à établir la crédibilité et l’image de l’entreprise en la positionnant comme une spécialiste dans son domaine.
  • Offre un complément au site Internet. Avec son rythme de publication plus élevé, le blogue permet de garder le site vivant et donne une raison aux lecteurs de venir sur le site régulièrement.
  • Génère du contenu. On peut réutiliser ce contenu à toutes les sauves sans travail supplémentaire ou si peu. Quand vient le temps de composer son infolettre ou de partager du contenu sur ses médias sociaux, on peut réutiliser le billet de blogue (idéalement avec un lien qui ramène vers l’article complet).
  • Développe un contenu bien référencé qui perdure. Un article peut être trouvé par un moteur de recherche longtemps après sa mise en ligne. Ça peut devenir une porte d’entrée pour le client qui nous découvre.
  • Permet de bien positionner votre site. Votre blog sera bien placé si vous publiez du contenu de qualité (grammaire et orthographe correctes, informations pertinentes…) et si les visiteurs partagent et/ou commentent vos articles.

Quand on s’implique dans une stratégie de contenu, on s’engage à produire beaucoup de textes. Et parfois (souvent), il arrive d’avoir l’impression d’écrire dans le vide. En effet, même le texte de blogue ou l’article le mieux structuré de la terre ne sert à rien si personne ne le lit. Pour vous assurez que les lecteurs vous suivent (ou du moins pour mettre toutes les chances de votre côté), je vous conseille de mettre plus de soin sur une partie souvent négligée : le titre.

En effet, le titre est souvent le premier contact avec le lecteur. S’il n’attire pas son intérêt, il y a de fortes chances qu’il ne lise tout simplement pas votre article. Vous mettez déjà beaucoup de temps (cela se compte parfois en heure) pour la rédaction de vos textes. Pourquoi ne pas ajouter quelques minutes pour définir un titre percutant.

3 règles générales pour le titre

1) Court et punché. Essayez de limiter la longueur à 70 caractères ou à 7 mots. Plus long que ça, l’efficacité diminue.

2) Une écriture dynamique. Choisissez des verbes d’action lorsque c’est possible. Ou des adjectifs positifs et forts qui retiennent l’attention. C’est une bonne façon de miser sur les bénéfices que la lecture de votre article apportera au lecteur.

3) De la précision dans le choix des termes. Utilisez le mot juste et évitez de compliquer inutilement la sauce. Privilégiez un vocabulaire simple.

Titrer pour un blogue

Quand on parle de blogue, il y a une double utilité. Oui, on veut susciter l’intérêt chez le client potentiel. Mais on veut aussi (et surtout) que le texte soit bien digéré, et donc bien référencé, par les moteurs de recherche. Il importe donc d’éviter l’ambiguïté. Il faut que le sujet (le et les mots clés) soit clair dans le titre.

Différentes formulations peuvent être gagnantes :

1) N’hésitez pas à utiliser des listes : 10 règles, 7 étapes, etc.

2) Adressez-vous directement au lecteur. Posez-lui des questions, intégrez le « vous » dans votre titre. Par exemple : Comment vous démarquer loirs d’une entrevue d’embauche?

3) Passez en mode solution : Comment faire pour…

Capter l’attention pour une infolettre

Ici, nous n’avons pas à penser en fonction du référencement. L’objectif est vraiment d’inciter les gens à lire le contenu qu’on leur propose. D’abord, il importe de dire qu’il n’y a pas de solution miracle. D’un public à l’autre, ce ne seront pas les mêmes recettes qui vont fonctionner. Pour certains, un titre précis comme pour un article de blogue va être gagnant. Pour d’autres, il est préférable d’être mystérieux, de demeurer dans le vague (sans mentir ou faire de fausse représentation).

Comment savoir ce qui convient le mieux à votre public? Par un test A/B. Il est possible de tester les deux formes de titre avec chacun la moitié de notre liste d’abonnés. Ensuite, on regarde les statistiques pour voir ce qui fonctionne le mieux. En fait, je conseille aux gens de recourir à cette méthode le plus souvent possible. Cela permet de vérifier (ou d’invalider) nos impressions et d’être le plus efficace possible. Et n’oubliez pas, au-delà du nombre d’ouvertures, il y a aussi le taux de clics qui compte.

Quelques trucs

1) Essayer d’être plus personnel. Un peu comme dans le titre de blogue, éviter les titres trop « corporatifs ». N’hésitez pas à vous adresser à votre lecteur. À faire appel à ses émotions. Le but est de se distancer des courriels « promotionnels ». Il faut montrer qu’on a quelque chose à dire à la personne et non pas juste quelque chose à lui vendre.

2) Évitez d’alourdir le titre. En plus de le garder court, on évite également les majuscules ou la surenchère de point d’exclamation ou d’interrogation. C’est agressant et ça donne l’impression qu’on veut vendre à tout prix, ce qui est l’inverse de l’effet recherché.

Dans tous les cas, il importe d’apporter une attention particulière à vos titres. Faites un brainstorm. Essayer d’en trouver 4-5-10. Demandez l’avis d’autres personnes jusqu’à en trouver un ou deux qui vous semblent percutants.