Articles

Répondeur
Pour les entreprises, l’un des principaux défis sur Facebook, c’est qu’il n’y a pas quelqu’un capable de répondre 24 h sur 24. Non seulement, ce délai de réponse peut nuire à l’expérience client, mais elle a une incidence sur les statistiques de réponse sur Facebook. Une façon d’améliorer la situation est de mettre en place un autorépondeur Facebook.

Comment mettre en place l’autorépondeur Facebook

L’autorépondeur sur Facebook est facile à mettre en place.
1) Allez dans la section « Paramètres » (en haut à droite de votre page entreprise)
Autorépondeur Facebook
2) Choississez la section « Messagerie » dans le menu de gauche.
Autorépondeur Facebook
3) Descendez jusqu’à « Assistant de réponse » et activez « Envoyer des réponses automatiques à quiconque envoie un message à votre page »
Autorépondeur Facebook
4) Appuyez sur « Modifier » pour inscrire votre message.
Une autre option qui est intéressante est de mettre un message lors de vos heures de fermeture ou lorsque vous êtes absent. Personnellement, j’ai tendance à privilégier cette approche. Vous pouvez le faire en activant l’option à côté de « Répondez même quand vous n’avez pas accès à votre ordinateur ou votre téléphone ». Vous pouvez ainsi programmer les moments d’absence à l’avance.
Autorépondeur Facebook

Quoi écrire dans son autorépondeur Facebook?

Rappelez-vous que l’autorépondeur ne remplace pas une réponse réelle. Vous devez répondre le plus rapidement possible. Par contre, cela vous permet de gagner du temps et de montrer à la personne que sa question sera traitée.
Le message de base commence par une salutation ou un remerciement. Par exemple : Merci d’avoir pris contact avec nous. Nous ne pouvons vous répondre immédiatement, mais soyez sûr que votre message sera pris au sérieux et que nous communiquerons avec vous dans les prochaines heures.
Pour une réponse plus rapide, vous pouvez nous appeler au xxx-xxxx.
Lier son compte Twitter à son compte Facebook
Dernièrement, un client m’a demandé comment lier son compte Twitter à son compte Facebook pour partager automatiquement ses publications Facebook sur Twitter. Je lui ai donné les explications qui suivent. Par contre, je l’ai mis en garde (et je le fais avec vous aussi), je ne crois pas que ce soit une bonne chose de partager tout ce que vous faites sur les deux médias. En effet, Twitter et Facebook ont des modes de fonctionnement différent et vous devriez avoir une stratégie propre à chacun.

Première étape : Accédez à www.facebook.com/twitter

Lier son compte Twitter à son compte Facebook

Deuxième étape : Cliquez sur « Lier mon profil à Twitter » ou « Lier une Page à un compte Twitter ».

Troisième étape : Si vous avez plusieurs pages, choisissez celle que vous voulez lier à votre compte Twitter.

Quatrième étape : Autorisez l’application à utiliser votre compte.

Lier son compte Twitter à son compte Facebook.
À partir de là, votre compte Twitter est lié à votre compte Facebook, mais le travail n’est pas terminé.

Cinquième étape : C’est très important de choisir le type de publications que vous souhaitez partager.

Pour cela, il faut retourner à www.facebook.com/twitter
Sous « Modifier les paramètres », cliquez sur vos choix afin de partager le bon contenu sur Twitter.
Lier son compte Twitter à son compte Facebook.

Sixième étape : Cliquez sur Enregistrer les modifications.

Médias sociaux

Cette semaine, quelqu’un m’a posé une bonne question. Est-ce qu’il a vraiment besoin de moi pour la gestion de ses médias sociaux ? En gros, plutôt que de développer une stratégie de contenu, ne serait-il pas mieux de tout miser sur de la publicité Facebook ? Cela entraîne différentes sous-questions auxquelles je vais tenter de répondre.

Est-ce possible de gérer soi-même ses médias sociaux ?

D’abord, je dois dire, qu’en effet, c’est très possible de gérer soi-même ses médias sociaux. Tout comme il est possible de faire sa propre publicité sur Facebook. Certains le font très bien et en récoltent les résultats. Par contre, un des défis, c’est la régularité. Est-ce que vous allez vraiment publier 2-3-4-5-6 fois par semaine TOUTES LES SEMAINES ?

D’expérience, les gens mettent rapidement ça de côté lorsqu’ils sont occupés, car ils ont bien d’autres priorités.

Pourquoi investir dans une stratégie de contenu ?

Il y a aussi la question de la pertinence de la stratégie de contenu. Pourquoi ne pas tout mettre son budget en publicité ? Cela demande un investissement moins important en temps et en argent. En fait, ce que je conseille toujours c’est de jouer sur les deux tableaux. Le contenu va permettre de créer un lien avec la clientèle, de développer une relation de confiance. C’est une façon de vous placer dans le rôle de spécialiste en offrant du contenu à valeur ajoutée à votre clientèle cible.

Non, les résultats ne sont pas sur le court terme, c’est un investissement. Pour faire une comparaison, c’est un peu comme du réseautage. Tu ne t’impliques pas dans un groupe d’affaires pour des résultats immédiats. Tu le fais pour développer des relations à long terme. Pour une comparaison avec le domaine du marketing Web, c’est un peu l’équivalent d’investir sur son référencement naturel. Ça ne fait pas que ton téléphone va sonner le lendemain. Par contre, en sortant bien dans les moteurs de recherche, les appels vont venir régulièrement.

Mon rôle est de m’assurer que le contenu offert est intéressant et intelligible pour le public ciblé.

Et la publicité là-dedans?

La publicité vient compléter la stratégie de contenu. Les résultats PEUVENT être plus rapides. Pour garder notre analogie du marketing Web, c’est l’équivalent du Google AdWords. Cela permet de booster sa visibilité. Par contre, l’effet n’est pas durable. De plus, si la compagne n’est pas bien pensée, c’est facile de passer à côté de son objectif. Mon rôle n’est pas de mettre la publicité en ligne, c’est de concevoir la campagne pour qu’elle ait le maximum d’impact. On s’assure de cibler la bonne clientèle. On développe plusieurs versions de la publicité afin d’augmenter les chances d’atteindre notre public. Et, surtout, je vais faire un suivi régulier pour enlever les publicités moins efficaces ou pour apporter des petits correctifs au besoin. À la fin, je fais un rapport pour m’assurer que la prochaine campagne soit plus efficace en tirant des leçons de la première.

En conclusion

Est-ce possible de faire ses campagnes soi-même? Bien sûr. Si vous êtes bons là-dedans et que vous êtes prêts à y investir le temps nécessaire, je vous encourage à le faire.

Cela dépend de plusieurs facteurs. Avez-vous la possibilité de mettre du temps régulièrement pour la gestion et le suivi de vos médias sociaux ? Est-ce que votre temps pourrait être mieux utilisé ailleurs ?

Commentaires négatifs

La gestions des commentaires (surtout les commentaires négatifs) est un des plus grand défi sur les médias sociaux, particulièrement sur Facebook. Le premier principe qu’il faut comprendre, c’est qu’on ne cherche pas à avoir raison. On cherche à offrir une image positive de son entreprise.

Pour exposer la situation, voici une petite mise en situation tirée d’un fait vécu. J’ai seulement changé le nom des individus pour conserver leur anonymat. Monsieur X, le propriétaire d’un restaurant bien connu dans sa région, découvre un avis négatif sur sa page Facebook. En substance, le message dit : « J’ai été déçu, on m’a dit que c’était bon, quand j’y suis allé le service ça a pris une demi-heure avant que la serveuse ne vienne me voir et la pâte de ma pizza était trop cuite ».

Réaction de Monsieur X : il se lance dans une réplique cinglante. Le client déçu répond et s’ensuit un échange d’arguments. Résultat : un commentaire négatif qui passait inaperçu au milieu d’une dizaine de témoignages positifs attire l’œil et prend une importance démesurée, tout en donnant une mauvaise image de l’entrepreneur.

Comment réagir aux commentaires négatifs?

Comment aurait-il dû réagir? D’abord, ce n’est jamais une bonne chose de répondre à un commentaire négatif sous le coup de l’émotion. Ensuite, il aurait pu profiter de l’occasion pour lancer un message positif. N’oublions pas, on est ici dans le domaine du service à la clientèle. L’important n’est pas de savoir qui a raison et qui a tort. L’essentiel est de donner une bonne image de l’entreprise et de montrer qu’on est à l’écoute de sa clientèle.

Le restaurateur aurait dû répondre quelque chose comme : « Je tiens d’abord à vous remercier d’avoir pris le temps de nous écrire. Je suis désolé que vous ayez eu une expérience désagréable. Nous mettons tout en œuvre pour assurer le meilleur service possible et ce n’est vraiment pas dans nos habitudes de laisser attendre nos clients une demi-heure avant de prendre leur commande. De plus, nous tirons une grande fierté de la qualité de nos pizzas et je vous assure que tout sera mis en place pour qu’une histoire semblable ne se répète pas. »

Avec une réponse formulée ainsi, on aurait évité l’escalade de message. En effet, il faut vraiment être de mauvaise foi pour se fâcher après quelqu’un qui s’excuse et qui se montre attentif à nos problèmes. Cela passe aussi un message aux gens qui découvrent notre entreprise par notre page Facebook et qui se fient aux commentaires pour faire un choix.

La différence entre avis et commentaires

Dans la section avis, les clients ont l’occasion de noter le service de votre entreprise. Ils peuvent aussi laisser un petit commentaire. Cette section est super importante et je conseille à tous mes clients de l’activer. Par contre, il faut comprendre qu’on ne peut pas effacer ou retoucher un avis. Il faut le prendre tel quel. Ainsi, si quelqu’un décide de mener une campagne contre votre entreprise, vous n’avez que trois options : vivre avec ce ou ces commentaires négatifs, demander à la personne de l’enlever par un message personnalisé ou désactiver cette section de votre page. Je conseille d’utiliser cette dernière option seulement en dernier recours.

Dans le cas de commentaires, vous pouvez en tout temps les effacer ou même bannir la personne de la page. Personnellement, je ne conseille pas de le faire sans raison. Si quelqu’un écrit un commentaire négatif, essayez de vous en servir pour améliorer votre image (tel que discuté plus tôt). Si c’est vraiment un troll (quelqu’un qui cherche le trouble pour le plaisir), vous pouvez effacer son commentaire.

Boutique sur Facebook

Facebook est en train de se développer comme un Web parallèle. Bientôt, nous pourrons écouter des émissions directement sur cette plateforme (des tests ont déjà été faits en ce sens avec la présentation de match de baseball), lire ses nouvelles (on le fait depuis longtemps, mais des ententes avec les médias vont ajouter à la crédibilité de l’information) et magasiner sans même quitter Facebook. Eh oui, on peut maintenant avoir une boutique sur Facebook!

Pour ce dernier point, les boutiques Facebook existent depuis plus d’un an, par contre, ce ne sont pas toutes les options qui sont offertes partout dans le monde.

En gros, la boutique sur Facebook permet de présenter un catalogue de ses produits, ce qui est déjà bien. Par contre, aux États-Unis, on peut compléter la vente directement sur Facebook (avec un paiement par Paypal ou Stripe). Et c’est là que cela devient plus intéressant. Toutefois, pour le Canada et les autres pays, il y a tout de même la possibilité de renvoyer à votre boutique en ligne régulière (sur votre site) pour compléter la vente.

Les avantages de la boutique sur Facebook

  • Une boutique en ligne facile à créer (et gratuite)
  • Le complément parfait à des publicités ciblées sur Facebook
  • Une boutique qui s’adapte aux différents formats mobiles

Comment créer une boutique sur Facebook?

Petite note avant de commencer : pour créer une boutique sur Facebook, vous devez absolument être administrateur de la page. Les autres gestionnaires ne le peuvent pas.

  • Aller dans Paramètres de la page (en haut à droite)

Boutique sur Facebook

  • Choisir « Modifier la page » dans le menu de gauche

Boutique sur Facebook

  • Ajouter un onglet

Boutique sur Facebook

  • Choisir Boutique

Boutique sur Facebook

  • Revenir à la page principale et cliquer sur « Boutique » dans le menu de gauche

Boutique sur Facebook

  • Accepter les conditions pour commencer la configuration de la page

Boutique sur Facebook

  • Choisir le mode de paiement. En gros, vous avez deux choix au Canada : amener les gens vers un autre site pour la transaction ou négocier par Messenger.

Boutique sur Facebook

  • Choisir la devise (dollar canadien)

Boutique sur Facebook

  • Décrire les produits (en général)

Boutique sur Facebook

Pour créer ses produits

  • Appuyer sur « Ajouter des produits »

Boutique sur Facebook

  • Enter les informations sur le produit

On a l’occasion de mettre des photos, des vidéos, le nom du produit, le prix, la description et la disponibilité du produit.

Boutique sur Facebook

  • Ajouter des collections. Une fois qu’on a créé un produit, on a l’option de créer des collections (des catégories de produits). Idéalement, on attend d’avoir créé tous nos produits (ou du moins une masse critique). Il suffit d’appuyer sur « Ajouter des collections »

Boutique sur Facebook

  • Peser sur « Ajouter une collection »

Boutique sur Facebook

  • Donner un nom à la collection. C’est aussi à cette étape qu’on décide si on veut que les produits de cette collection soient mis en évidence (dans le haut de la page)

Boutique sur Facebook

  • Appuyer sur « Ajouter des produits ». Cela nous amène à la liste des produits créés. Il suffit de cocher ceux qui vont dans cette collection.

Boutique sur Facebook

 

Avant de traiter de la façon d’accéder aux statistiques de ses pubs Facebook, revenons sur le but de ces publicités. Je le dis souvent, il faut amener le client potentiel le plus près possible de l’action d’achat. C’est pourquoi il importe d’avoir une landing page ou, du moins. Au minimum, il faut amener le client potentiel à l’endroit sur votre site où il trouvera la bonne information… et une incitation à passer à l’action

En termes de suivi, l’idéal est d’être le plus près possible de l’achat. En gros, payer pour une action précise (exemple un achat ou une inscription à l’infolettre) est plus intéressant que de payer pour un clic. Et payer pour un clic est plus intéressant que de payer pour un affichage (coût du mille ou CPM). Je sais que plusieurs fonctionnent avec le CPC (coût pas clic), alors je vous dirais qu’en général l’objectif visé est de 0,50$ du clic.

Toutefois, dans l’absolu, l’important est de s’assurer d’un bon retour sur l’investissement. Par exemple, si je paie 1$ du clic, mais qu’une personne sur 10 achète mon produit sur lequel je fais un profit de 100$, c’est intéressant. En effet, je vais chercher 10$ par dollars investis. À l’inverse, si je paie 0,25$ du clic, mais que je n’ai qu’un client sur 100 qui achète mon produit sur lequel je fais 50$, c’est moins intéressant. En effet, dans ce cas de figure, je ne vais chercher que 2$ par dollars investis.

Heureusement, ici aussi, Facebook donne accès à une foule de statistiques de ses pubs Facebook.

Où trouver les statistiques de ses pubs Facebook?

La première chose à faire est d’aller dans la section « Gérer ses publicités ». Pour se faire, on appuie sur le triangle à l’envers au haut de le menu au haut de Facebook et on sélection « Gérer ses publicités ».

Statistiques de ses pubs Facebook

De là, on a accès à toutes nos campagnes. On voit d’abord un tableau sommaire qui permet de voir le coût par résultat de chacune des campagnes.

Statistiques de ses pubs Facebook 2

Rendu là, si on veut voir plus précisément les informations sur une campagne, on n’a qu’à aller par-dessus et à sélectionner « Voir les graphiques ».

Statistiques pour ses pubs Facebook 3

Cette section nous donne toutes les informations sur la performance : le prix payé, le nombre de résultats, le nombre de personnes atteintes, le coût par résultat, le taux de résultats, etc. Le tout peut être ventilé par jour.

Tableau statistiques de ses pubs Facebook

On peut aussi décider de voir les données démographiques. Cela permet de connaître le sexe et l’âge des gens qui ont interagi avec notre publicité. On peut aussi voir quels sont les groupes les plus performants. Cela permet de faire le suivi en temps réel ou pour une prochaine campagne. Par exemple, on peut décider de cibler une clientèle performante plutôt qu’une autre. On peut aussi décider d’adapter notre discours pour certaines clientèles qui réagissent moins bien.

Tableau par sexe statistiques pubs Facebook

Enfin, si on repartage la publicité sur sa page, il est bon d’aller voir sous la publication. On y trouve une barre qui indique le nombre de personnes atteintes. L’orange pale correspond à la portée organique, alors que le orange foncé correspond à la portée payée. Si on met le curseur au-dessus de cette ligne, on a même la répartition en nombre des personnes atteintes.

Publication - statistiques de ses pubs Facebook

Concours Facebook

Ah! Les fameux concours Facebook : aimez, commentez, partagez! Pendant longtemps, il était interdit de faire un concours directement sur sa page Facebook. Heureusement, les choses ont changé depuis.

Cela dit, plusieurs personnes soulignent les dangers de ce mode de promotion pour augmenter son nombre d’abonnés. Et ces dangers sont bien réels. Toutefois, en s’assurant de bien cibler, cela peut accélérer le développement d’une page.

Le principal problème de ces concours, c’est qu’ils attirent les « suiveux de concours ». Il y a quelques années, j’avais l’impression que toutes les entreprises faisaient tirer un iPad. Eh bien, à moins que vous services ne soient liés d’une façon ou d’une autre aux tablettes, je vous le déconseille fortement. Parce que les gens que vous allez attirer ne seront pas chez vous pour votre entreprise, mais pour le iPad. Résultat, soit ils vont se désabonner après le concours, soit, et ce serait encore pire, ils vont continuer à suivre la page, mais sans être actif. Et il n’y a rien de pire pour une page qu’une communauté désengagée, car cela nuit à la portée de chaque message. Alors, premier conseil, assurez-vous que le grand prix a un lien avec votre entreprise, vos produits ou vos services.

Comment ça fonctionne un concours Facebook ?

Le concours de base est simple : on demande aux gens d’aimer la publication. Cela dit, cela requiert peu d’engagement et ne permet pas de gagner en visibilité. On peut aussi demander de commenter pour gagner. Cela demande plus d’engagement (puisque la personne doit écrire). Toutefois, là aussi on ne gagne pas vraiment en visibilité. Une version un peu plus efficace est de dire que le commentaire avec le plus de réactions va gagner. Cela va inciter les gens à inviter leurs amis et donc donner de la visibilité à l’entreprise dans leur réseau.

Personnellement, je préfère des actions plus engageantes. Invitez les gens à citer des gens dans les commentaires (par exemple en disant « Avec qui aimeriez-vous profiter de ces billets de spectacle »).

Dans le même ordre d’idées, je vous invite à inciter les gens à partager la publication (ce qui permet de toucher plus de monde). Par exemple : Pour participer au concours, partager la publication. Mieux encore, amenez les gens à : identifier un ami, partager la publication et aimer votre page. Par contre, assurez-vous que votre concours soit assez intéressant pour que les gens aient envie de le faire. Et, si jamais beaucoup de gens participent, c’est sûr que le suivi est compliqué (eh oui, vous devez faire le tour pour vous assurer que les gens ont posé les différentes actions).

Quelques notions dont il faut tenir compte pour son concours Facebook

  • Pour atteindre un maximum de personne, faite de la publicité payante avec l’annonce de votre concours, ne vous contentez pas de le mettre en publication sur votre page.
  • Donnez des détails clairs sur la durée du concours (dites à quelle heure et de quelle façon le gagnant sera annoncé).
  • Même si votre concours est sur Facebook, vous devez vous conformer aux lois québécoises dès que le total des prix dépasse 100$. Tous les détails ici.
  • Si vous avez une grosse liste, voici un petit outil gratuit qui permet de choisir le ou les gagnants.
  • C’est toujours intéressant d’annoncer le gagnant avec une vidéo ou – mieux encore – avec un Facebook Live.
  • D’ailleurs, ça vaut la peine d’expliquer le concours avec une vidéo. Je conseille personnellement de varier les approches : différents visuels, une ou deux vidéos, des textes variés qui expliquent le concours, etc.
  • Petit truc pour augmenter l’efficacité de votre concours : à la fin, faites le tour de tous les gens qui ont aimé la publication et s’ils n’aiment pas déjà votre page, invitez-les à le faire.

 

La première étape est de cliquer sur les réactions sous la publication

Concours Facebook 1

Ensuite, on peut appuyer sur « Invité(e) » à côté du nom de ceux qui n’aiment pas déjà la page.

Concours Facebook 2

 

Onglet de la page Facebook - Avis

Soyons honnêtes, quand un client potentiel fait une recherche pour trouver une entreprise dans un domaine précis, il ne passe pas par Facebook, mais bien par Google. Par contre, la page Facebook d’une entreprise est souvent bien référencée sur les moteurs de recherche. Et les gens n’utilisent pas tous les outils à leur disposition, comme les onglets de la page Facebook, pour se démarquer.

Sur la gauche de la page, il y a toute une série d’onglets qui vous permettent de faire connaître votre entreprise.

Tour d’horizon des onglets de la page Facebook

Le premier incontournable, en ce qui me concerne, est la section avis. J’en ai déjà parlé dans ce billet, mais les clients potentiels vont se fier à l’avis de consommateur dans leur processus d’achat. Assurez-vous donc qu’ils puissent en trouver sur votre page… car votre concurrent risque de le faire.

Onglet de la page Facebook - Avis

Une section carrément sous-utilisée est celle des services. Vous avez l’occasion de présenter vos principaux services avec une courte description et une photo. Si cela s’y prête, vous pouvez même y ajouter des prix. Il s’agit d’une superbe vitrine que vous seriez bête de ne pas utiliser.

Onglets de la page Facebook - Services

Dans la section à propos, vous pouvez écrire votre adresse et il y aura automatiquement une carte avec la géolocalisation. Très pratique, surtout si vous voulez que les clients viennent dans votre boutique. Vous devez aussi vous assurer de mettre en valeur vos mots-clés dans la description. Enfin, n’oubliez pas d’y mettre vos heures d’ouverture.

onglets de la page Facebook - a propos

Comment enlever ou ajouter un onglet ?

Il y a différentes façons de faire, mais la plus simple est d’aller dans les paramètres et de choisir l’onglet « Modifier la page ».

Modifier les onglets de la page

Dans le bas de cette page, il y a un bouton « Ajouter un onglet ». Pour en enlever, on peut appuyer sur « Paramètres » à côté du nom de l’onglet et le désactiver. Pour changer l’ordre des onglets de la page Facebook, c’est un simple « drag and drop ». Quand on met le curseur à la gauche du nom de l’onglet, une icône de déplacement va apparaître et il suffit d’appuyer sur le bouton de gauche de la souris et de déplacer l’élément à l’endroit désiré.

Onglets de la page Facebook

 

Sinon, il faut aussi s’assurer de mettre un bouton d’action. J’aime particulièrement « Appeler maintenant ». Les visiteurs sur mobile (environ la moitié des internautes) n’ont qu’à appuyer sur ce bouton pour vous joindre… Toutefois, il faut être sûr d’avoir quelqu’un qui va répondre. Sinon, on peut rediriger les gens sur notre site ou les inviter à nous écrire.

Bouton appeler

Facebook Live

Facebook Live est maintenant un incontournable dans une stratégie de marketing numérique. En gros, cela permet de diffuser en direct de sa page FB (ou d’un événement). Ce qui est merveilleux, c’est que c’est très facile à faire. Il suffit de passer par l’application FB de son téléphone intelligent et de prendre l’option « diffuser en direct ». Ensuite, on peut faire une vidéo qui va durer jusqu’à 90 minutes.

Pour ceux qui n’ont pas envie de lire, voici une vidéo que j’ai tournée sur le sujet.

Les avantages de Facebook Live

D’abord, l’avantage de la vidéo en direct, c’est que cela permet d’engager sa communauté, d’interagir avec des clients potentiels, de répondre à des questions.

De plus, ces vidéos sont très consultées. Selon certaines statistiques, les gens les écouteraient trois fois plus que les vidéos « normales ». C’est logique quand on sait que les gens recherchent de l’authentique sur Facebook.  Aussi, la visibilité de la vidéo est boostée par l’algorithme de Facebook et les gens qui suivent notre page reçoivent une notification pour leur dire qu’on est en direct.

De plus, la vidéo est conservée par la suite dans l’onglet vidéo, ce qui permet de la consulter de nouveau plus tard.

LA limite de Facebook Live

Il y a bien sûr quelques inconvénients, mais la principale limite, c’est qu’il n’y a qu’une prise. Toutefois, on ne contrôle pas l’environnement, il peut y arriver des imprévus, on peut bafouiller, oublier son texte. Par exemple, quelqu’un peut flusher une toilette à proximité pendant qu’on enregistre (cas vécu ici). Bref, on doit vivre avec les contraintes du direct. Pourquoi  utiliser Facebook Live?

Il y a de nombreuses utilités possibles, en voici quelques-unes :

  • Inviter les gens à venir nous visiter lors d’un événement
  • Donner les gagnants d’un concours
  • Annoncer une promotion en direct d’un événement ou d’un endroit (sur le même principe que les lives à la radio)
  • Donner une formation ou une conférence
  • Animer une session de questions et réponses
  • Donner des trucs
  • Montrer l’envers de la scène
  • Présenter une nouveauté
  • Faire une entrevue
  • Etc.

Quelques trucs pour bien réussir sur Facebook Live

  • Annoncer à l’avance pour créer un rendez-vous (au moins 24 heures à l’avance)
  • Offrir une bonne description de la présentation (le texte doit donner envie aux gens de vous entendre)
  • Répondre aux questions que vous recevez en temps réel
  • Terminer avec une invitation pour la prochaine (s’il y a lieu)

 

En fait, que vous souhaitiez vous lancer immédiatement dans l’aventure Facebook Live ou plus tard, essayez de garder ses quelques conseils en tête. Et n’oubliez pas que votre efficacité va augmenter avec l’expérience (et les erreurs, car il va y en avoir).

Médias sociaux et vie privée

Cette semaine, j’ai lu une nouvelle qui m’a fait réagir : un Suisse a été condamné pour «diffamation» pour avoir «liké» (aimé) des propos sur Facebook contre le président d’une association. Vous pouvez lire l’article en question ici! Cela m’a donné envie de vous parler du lien entre médias sociaux et vie privée.

À première vue, cela peut sembler incroyable : être condamné dans le monde « réel » pour des actions dans le monde « virtuel ». Seulement, le monde virtuel n’existe pas, sinon comme un autre moyen de communication dans le monde réel. Cela devrait être une évidence. Toutefois, chaque jour, des courageux en bobettes déversent leur fiel sur les médias sociaux en pensant profiter de l’anonymat. J’admets que ça me laisse perplexe.

Pourtant, chaque année, des gens perdent leur emploi pour des propos tenus sur Facebook ou sur d’autres médias sociaux. À Québec, on peut citer le cas de Jeff Fillion qui a perdu son micro après avoir tenu des propos inappropriés sur Twitter.

Médias sociaux et vie privée : deux exemples concrets

Médias sociaux et vie privée ne sont pas deux concepts distincts. Ou, dit plus directement, il n’y a pas de vie privée sur les médias sociaux. Plusieurs comportements ont un impact direct sur notre vie. En voici deux.

Situation numéro 1

Vous êtes en recherche d’emploi. Quand vous envoyez votre C.V., dites-vous que le premier réflexe des recruteurs sera d’aller voir vos différents comptes (particulièrement Facebook et LinkedIn). Faites le test et allez voir ce que ça donne au premier regard. Tant qu’à y être, profitez-en donc pour faire une recherche sur Google, vous pourriez être surpris de ce qui va en sortir. Si on voit principalement des photos de vous en train de faire la fête (ou, pire encore, si vous tenez des propos injurieux), ne vous questionnez pas pour savoir pourquoi vous ne recevez pas d’appels.

Situation numéro 2

Vous travaillez pour une entreprise. Vous avez un devoir de loyauté envers votre employeur… même sur les réseaux sociaux. En résumé, vous ne pouvez pas bitcher sur votre patron ou dévoiler des secrets commerciaux sur Facebook ou toute autre plateforme. Pour en apprendre plus sur le devoir de loyauté, je vous invite à lire ce texte éclairant.

Aimer est une prise de position

Revenons à notre Suisse de l’article de départ. J’en entends plusieurs dire que ce n’est qu’un Like, que ce n’est pas comme s’il avait tenu lui-même les propos. Eh bien, je ne suis pas d’accord avec eux. Aimer une page, une publication, une photo, c’est une prise de position. C’est une façon de dire « Je suis d’accord ».

Cela m’amène à deux constats. D’abord, sur le plan individuel, faites attention à ce que vous aimez, histoire que ça ne se retourne pas contre vous. Ensuite, pour ce qui est des entreprises, assurez-vous que les pages, les publications ou les photos que vous aimez ne rentrent pas en contradiction avec vos valeurs d’entreprise. Par exemple, je verrais mal une association contre la malbouffe aimer la page d’un fast-food spécialisé dans la nourriture hypercalorique. En effet, chacun de vos gestes en ligne vient bâtir l’histoire de votre entreprise. À ce titre, il importe d’être cohérent.

En terminant, je vous invite à lire cet article. Cela devrait vous redonner le sourire. En plus, c’est un excellent exemple de la dérive du concept développé dans le présent billet de blogue.