Articles

Médias sociaux

Plusieurs entrepreneurs hésitent à se lancer dans le marketing sur les médias sociaux. Souvent, parce qu’ils ignorent où placer leur énergie. À la base de toute bonne stratégie de contenu, il y a le choix des médias qui serviront de courroie de transmission. Avant de faire ce choix, vous devez savoir quels sont vos objectifs et, surtout, qui est votre clientèle cible. Car, non, tous les médias sociaux ne s’équivalent pas.

Connaître son public

Selon la clientèle visée un ou plusieurs médias sociaux vont s’imposer dans votre stratégie. On peut accéder assez facilement aux statiques qui décrivent le profil des utilisateurs de chaque plateforme. Au Québec, le CEFRIO s’intéresse à la question et dresse un rapport chaque année.

Quand je cite des statistiques dans cet article, je me suis d’ailleurs basé sur l’étude Les médias sociaux : plus présents dans le processus d’achat des Québécois. Il y a d’ailleurs un tableau qui montre visuellement un portrait de la situation.

Deux médias survolent la mêlée. Il s’agit de Facebook (utilisé par 85,7% des utilisateurs des médias sociaux) et de Youtube (78,9%). Suivent ensuite Google+, LinkedIn, Twitter et Pinterest. Toutefois, la quantité de personnes présentes sur une plateforme ne devrait pas être votre principal critère. Après tout, il est préférable de cibler 500 personnes de notre public cible que 1000 qui n’en font pas partie.

Facebook et Youtube sont aussi fréquentés plus assidûment. Parmi les utilisateurs des médias sociaux, 78,8 % visitent Facebook quotidiennement ou hebdomadairement et 59,5 % en font autant pour YouTube. En comparaison, 29,4% des adultes visitent Google+ sur une base hebdomadaire contre 13,8% pour LinkedIn, 7,6% pour Twitter et 7,8% pour Pinterest.

Facebook

Facebook ratisse très large. Toutefois, on constate que la grande majorité des internautes de 18 à 44 ans sont sur cette plateforme (92,2%) et qu’on y trouve aussi une forte concentration de femme (90,1%). C’est le média social par excellence pour s’adresse au grand public. Les entreprises qui vont y connaître le plus de succès sont celles qui offrent des produits liés à une passion ou les commerces de proximité qui seront capables d’engager les gens de leur région. Pour obtenir du succès sur cette plateforme, il est nécessaire d’être présent. On parle d’un minimum d’une publication par semaine et on essaie de ne pas dépasser une par jour. L’idéal est entre 2 et 5 publications par semaine.

YouTube

La clientèle est plus jeune – on retrouve une forte concentration chez les 18 à 34 ans – et les hommes sont plus présents que les femmes sur ce réseau. YouTube est aussi très populaire dans les foyers où il y a au moins un enfant. YouTube est le site le plus consulté pour voir des vidéos. D’ailleurs, de nombreux utilisateurs le font depuis un mobile. C’est un média grand public, mais pour s’y démarquer, il faut créer du contenu vivant qui ne ressemble pas à une publicité traditionnelle. YouTube est un des sites les plus visités au monde et il est souvent utilisé comme moteur de recherche pour trouver des vidéos sur un sujet ou un autre. Une entreprise pourrait décider de faire des manuels d’instruction sous forme de vidéo et de les mettre sur cette plateforme.

Google +

Ce média n’a pas levé autant qu’on ne s’y attendait lorsqu’il est sorti en grande pompe. Je me souviens qu’à l’époque plusieurs prévoyaient qu’il allait prendre le marché de Facebook… Au Québec, on se rend compte que ceux qui l’ont adopté sont plus nombreux dans la région de Montréal. Les Francophones ont assez peu adhéré à cette plateforme. L’intérêt de ce média passe surtout par les groupes (s’il y en a un ou plusieurs qui touchent à votre champ d’activité). Malgré tout, je conseille de se créer un profil d’entreprise… ne serait-ce que pour aider le référencement de sa page Internet.

LinkedIn

LinkedIn n’est pas aussi populaire que d’autres réseaux, mais sa clientèle est drôlement intéressante puisqu’il s’agit de professionnels. D’ailleurs, on remarque que la clientèle est souvent instruite (38,7% des diplômés universitaires sont sur cette plateforme contrairement à 22,7% de la population générale) et à l’aise financièrement (revenu familial de 80 000$ et plus). Aussi, on y retrouve plus d’hommes que de femmes.  C’est la plateforme par excellence pour les entreprises qui s’adressent à d’autres entreprises. C’est aussi un excellent cadre pour faire du recrutement.

Twitter

Les gazouillis peinent à s’intégrer aux mœurs des Québécois. Dans d’autres régions du monde, ce média social a plus de succès. Dans la région de Montréal, il y a un peu plus d’adeptes et on remarque qu’en général ses utilisateurs sont instruits.  Avant d’attaquer un autre marché, vérifiez la situation là-bas. Ce média est surtout recommandé chez ceux qui ont beaucoup de nouvelles à annoncer ou encore pour les entreprises qui touchent à certains domaines plus prisés sur Twitter : la technologie et les communications par exemple.

Ce média peut aussi être utilisé pour vous positionner comme acteur important de votre domaine d’activités en prenant position sur des sujets d’intérêt dans votre domaine. Pour se démarquer sur Twitter, il faut être très actif, car la durée de vie d’une publication est extrêmement courte. Un des intérêts de Twitter est de permettre d’entrer directement en contact avec des influenceurs qui ne font pas partie de notre réseau.

Pinterest

C’est un must pour les entreprises qui offrent des produits plus visuels (particulièrement dans le domaine des arts ou de la mode). Je le conseille particulièrement à celles qui s’adressent aux femmes. En effet, ce média social est populaire chez celles-ci. Pinterest est particulièrement efficace si jumelé à une boutique en ligne.

Instagram et Snapchat

Ces médias sociaux ont du succès auprès d’une clientèle plus jeune. Cela dit, c’est de moins en moins vrai à mesure qu’ils deviennent plus « mainstream ». Ces médias sont surtout intéressants pour les entreprises qui ont un visuel léché et qui ont des histoires (visuelles) à raconter. Par exemple, des entreprises qui sont souvent sur la route ou qui organisent des activités.

Il y a bien sûr plusieurs autres plateformes. Vous pouvez aussi décider d’articuler votre stratégie de contenu autour de votre infolettre ou de votre blogue. L’essentiel est de retenir qu’il importe de choisir le bon média pour atteindre la bonne cible.

 

Deux des défis lorsqu’on assure la gestion d’une page Facebook sont de générer du contenu intéressant et d’optimiser son temps. Sans une bonne structure, il est facile de se perdre… et de gaspiller un temps précieux. Voici sept trucs qui vous aideront à optimiser vos actions sur les médias sociaux en vous permettant d’être plus efficace.

1) Aimer d’autres pages

Plusieurs personnes l’ignorent, mais il est possible d’aimer d’autres pages d’entreprise. À quoi cela sert? La principale raison, c’est que cela permet d’aller chercher du contenu facilement en partageant des publications de la page Facebook de certains partenaires. Par exemple, un atelier de mécanique automobile pourrait partager la publication de CAA Québec sur l’importance de faire une inspection avant le temps froid. Cela permet de générer du contenu pour sa page et d’optimiser son temps puisque la recherche d’information est coupée de moitié et que la manipulation pour la partager est simplifiée.

Pour être encore plus efficace, on peut commenter le lien ou y ajouter une information complémentaire. Cela donne un contenu à valeur ajoutée.

Enfin, il y a aussi un avantage collatéral : il y a de fortes chances que la page Facebook que vous aimez vous aime en retour.

Pour aimer, une page, il faut aller dans le menu à la droite de notre propre page Facebook entreprise. On y voit les statistiques sur le taux de réponse, les mentions j’aime, la portée des publications et, juste en dessous, on voit « Afficher le fil des Pages ». Il faut cliquer dessus.

trucs1

On arrive alors dans la section Fil des pages. Il y a un gros bouton vert dans le haut « Attribuer la mention J’aime à d’autres pages ». Il suffit de cliquer dessus et d’entrer le nom de la page Facebook que l’on souhaite suivre. Contrairement à une page personnelle, les publications de ces pages ne se retrouveront pas sur votre fil d’actualité d’entreprise (à moins que vous ne décidiez d’en partager le contenu). Chaque fois que vous voulez voir ce que les autres pages ont publié, vous devez retourner dans la section « Fil des pages ».

trucs2

2) Citer

Quand vous écrivez un message qui parle d’un individu ou d’une entreprise, n’hésitez pas à les citer. Il suffit de mettre un a commercial (@) devant le nom de la personne et de l’entreprise. Cela a deux effets : 1) la personne est au courant qu’elle a été cité, donc elle va être portée à réagir ou à partager le message, sur sa propre page Facebook ce qui augmente la visibilité de la publication. 2) les lecteurs vont pouvoir cliquer sur le nom et aller sur la page Facebook de l’entreprise ou sur le profil de la personne citée, ce qui lui donne de la visibilité. Bref, c’est une situation gagnant-gagnant.

3) Enregistrer les messages pertinents

Combien de fois cela vous est-il arrivé? Vous voyez un contenu intéressant, mais vous n’avez pas le temps de le partager sur votre page Facebook. Quand vous voulez le retrouver quelques heures plus tard, vous oubliez qui avait publié cela. Vous avez beau chercher dans votre fil d’actualité, vous ne parvenez pas à retrouver la publication d’origine. Eh bien, j’ai une solution à vos problèmes : enregistrer le lien.

À côté du nom de la personne qui a partagé un lien, il y a toujours un petit triangle inversé. Il suffit de cliquer dessus et on voit un menu qui permet de masquer la publication, de cesser de suivre la personne, de signaler le contenu et, c’est ce qui nous intéresse ici, d’enregistrer le lien.

trucs3

Plus tard, quand on veut y revenir, il suffit d’aller dans le menu à la gauche de la page et d’appuyer sur « Enregistré ». On a alors accès à tous les liens qu’on a enregistrés. On peut alors relire la publication à tête reposée et voir si cela vaut la peine de la partager sur notre page Facebook.

trucs4

4) Enlever l’adresse de destination

OK, ce truc-ci ne permet pas de sauver du temps… par contre il permet d’améliorer l’apparence du fil de notre page Facebook. Quand on décide de partager un lien, tout de suite après l’avoir écrit, il y a un encadré qui apparait pour réacheminer vers la page de destination. Eh bien, dès qu’elle est apparue, on peut effacer le lien. Cela donne plus belle apparence à notre publication (surtout quand il s’agit d’une adresse à rallonge).

trucs5

5) Programmer ses publications

Une façon d’optimiser son temps est de programmer ses publications. En effet, on peut se réserver une plage horaire (par exemple le lundi après-midi) pour la création de contenu pour nos médias sociaux. On prépare nos publications de la semaine en accord avec notre ligne éditoriale et on décide du moment où l’information sera diffusée.

Il faut toutefois faire attention au suivi. Il importe d’être présent pour réagir lorsque les publications seront diffusées pour éviter les ennuis. Sans comptez qu’il faut s’adapter à l’actualité. Si vous voulez annoncer une super nouvelle et que la journée prévue il y a des attentats ou une nouvelle polarisante, essayez de reporter la publication d’un jour ou deux pour qu’elle puisse obtenir plus de visibilité.

La fonction programmée n’est pas disponible sur les profils personnels, mais elle est facile à trouver sur une page professionnelle. À côté de « Publier » en dessous de notre message, il y a un triangle qui pointe vers le bas. On a alors trois options : programmer, antidater ou enregistrer le brouillon. Suffit d’appuyer sur « Programmer » et d’entrer le moment choisi et le tour est joué.

trucs6

6) Épingler des contenus

On peut décider de mettre du contenu dans le haut de notre page Facebook d’entreprise. Ainsi, tous ceux qui vont cliquer sur la page vont voir se contenu en priorité. C’est particulièrement utile pour les messages intemporels (par exemple un texte qui décrit votre entreprise) ou, au contraire, pour une promotion limitée dans le temps. On peut épingler le texte dans le haut de la page pendant la durée de la promotion et l’enlever par la suite.

Pour se faire, il suffit de cliquer sur le triangle à l’envers dans le haut de la publication et de sélectionner « Épingler en haut ». Quand on veut arrêter, on refait la même opération en choisissant « Détacher du haut ».

trucs7

7) Vidéo en direct

La vidéo en direct peut servir dans différents contextes. Lorsque vous organisez un événement, une conférence de presse ou un lancement. Ça peut également être un moyen de faire une annonce importante. Pensez aussi à la vidéo en direct sur Facebook pour dévoiler le nom du gagnent d’un concours.

Pour faire de la vidéo en direct, il faut travailler avec un appareil mobile (tablette, téléphone). Il suffit de sélectionner « Diffuser en direct » et on est immédiatement en ligne.

trucs8

Je suggère cette méthode quand on travaille dans l’événementiel et que l’aspect « instantanéité » apporte une valeur ajoutée. Par exemple, vous êtes dans un Salon et vous voulez inviter les gens à venir vous voir. Pour les informations intemporelles (conseils dans votre domaine, par exemple), je ne suggère pas cette méthode. On est mieux de faire sa vidéo sans la pression du direct (et avec la possibilité de prendre une deuxième ou une troisième prise au besoin).

Si vous intégrer ses trucs dans votre gestion quotidienne de votre page Facebook, vous devriez sauver du temps. À tout le moins, vous devriez en faire beaucoup plus et de façon plus efficace dans le même temps.

Faire de la publicité Facebook, c’est simple. Atteindre ses objectifs, ça demande un peu plus de préparation.

Avant même de lancer votre campagne de publicité Facebook, vous devez savoir :

1) À quelle clientèle vous vous adressez (et essayer de segmenter le plus possible)

Pour segmenter votre public cible, voici quelques éléments dont il faut tenir compte :
A) La zone géographique
B) L’âge
C) Le sexe
D) Les centres d’intérêt
E) Tout autre information pertinente. Par exemple, si vous voulez faire la promotion d’une application mobile, vous pouvez cibler les gens qui se connectent avec un appareil mobile.

2) Ce que vous avez à offrir (idéalement, une offre spéciale ou quelque chose d’unique)

Faites attention. Si vous écrivez « Offre exclusive » et que celle-ci est la même que vous faites tout le temps, vous risquez d’avoir un effet boomerang négatif. N’hésitez pas à être agressif dans votre publicité Facebook (tout en demeurant dans vos marges de profit). Un bon moyen est d’offrir un produit gratuit ou un service complémentaire.

3) Quels sont vos objectifs ?

Ça peut être d’avoir plus de fans pour la page, plus de visiteurs pour son site, plus d’abonnés à son infolettre. On peut vouloir vendre un produit ou un service, etc. Il faut seulement que l’objectif de votre campagne de publicités Facebook soit aussi précis que possible et qu’il soit mesurable pour pouvoir suivre notre progression

4) La date de début et de fin de la campagne

Un truc, si vous avez un budget restreint, vous êtes mieux de mettre tout votre budget sur un nombre de jours plus limités plutôt que de mettre le minimum chaque jour. N’oubliez pas que Facebook fonctionne avec un système d’enchère. En mettant le plus petit montant, vous allez avoir les restants.

Vous devez aussi préparer différents éléments.

1) Penser au visuel

Personnellement, je conseille de penser à deux ou trois visuels différents pour faire différentes versions de la publicité. Vous pouvez aussi penser à deux ou trois slogans ou texte qui se trouveront sur la photo. Avec les combinaisons, vous pourrez avoir 4 à 6 publicités différentes. L’intérêt d’avoir plusieurs publicités différentes, c’est que cela permet de faire un suivi pour déterminer lesquelles sont les plus efficaces et abandonner les autres en cours de route. Attention, si vous ajoutez du texte sur l’image (ce que je recommande), il ne faut pas que cela représente plus de 20 % de l’espace de l’image sinon Facebook va la rejeter.

Le format standard d’une publicité Facebook pour attirer les gens sur son site (ou sa landing page) est de 1200 par 628 pixels. Pour les autres formats, visitez ce site.

2) Écrire un texte de présentation

Il s’agit d’un court texte (maximum 50 mots) qui se retrouve en haut de l’image de votre publicité Facebook. Vous exposez la situation qui fait que le client peut avoir besoin de vous (par exemple en mettant de l’avant une situation problématique).

3) Définir le titre (environ 25 caractères)

Court et punché, il donne une solution à la situation problématique et met de l’avant le caractère exclusif de l’offre.

4) Écrire une description du lien (environ 15 mots)

C’est le moment d’ajouter un ou deux arguments pour convaincre les gens de cliquer sur l’image (et donc d’aller sur votre site). Vous êtes ici en mode vente.

5) Déterminer l’URL de destination

Il ne faut absolument pas que ce soit votre page d’accueil. Avec votre publicité, vous avez accroché les gens en lui faisant une promesse, vous devez la tenir. Idéalement, il faut prévoir une landing page consacrée à cette publicité Facebook. Cela devient en quelque sorte son complément. À défaut de cela, assurez-vous d’amener les gens sur la bonne section de votre site. Vous n’avez que quelques secondes pour faire bonne impression. Si les gens ont l’impression qu’ils doivent chercher l’information, vous allez les perdre.

6) L’appel à l’action. Selon vos objectifs, vous devez sélectionner le bon appel à l’action : réserver maintenant, télécharger, en savoir plus, acheter, inscription, regarder plus, etc.

Créer sa publicité Facebook

Maintenant que la planification est terminée, c’est le temps de se lancer à l’eau. Je sais que plusieurs personnes passent la partie programmation, mais j’estime que c’est une erreur. En ciblant mal, c’est la meilleure façon de se tromper.

Première étape : Aller dans créer des publicités

C’est dans le menu en haut à droite (où on voit le petit triangle qui pointe vers le bas).

publicité Facebook 1

On arrive alors dans le gestionnaire de publicité.

Deuxième étape : Définir son objectif

Si on y a pensé lors de l’étape de la planification, le choix est logique. Les plus courants sont : faire la promotion de votre page, atteindre les personnes proches de votre entreprise, diriger les internautes vers votre site Web et accroître la participation à votre événement. Dans une leçon avancée, nous verrons pixel Facebook qui permet de suivre les actions des gens qui cliquent sur notre publicité et de voir le taux de conversion. Dans ce cas-là, on peut prendre des objectifs liés à la conversion.

Publicité Facebook 2

Troisième étape : Cibler le public

On commence par cibler le lieu. Par exemple, on peut choisir Sainte-Marie et un nombre de kilomètres autour de la ville (par exemple 20 pour un commerce local).

fb3

Ensuite, on peut choisir l’âge, le sexe et la langue. Attention aux facteurs langues : plusieurs personnes n’ont pas la bonne configuration (par exemple français (France) au lieu de français (Canada) ou même carrément une configuration en anglais). Si vous travaillez à grande échelle, cibler la langue peut être intéressant. Sur un territoire local, je ne le conseille pas.

Le ciblage détaillé permet de cibler des champs d’intérêt. Pour les entreprises qui offrent un produit ou un service lié à une passion, c’est un must.

fb4

On peut aussi choisir un type de connexion.

Au final, on a un tableau (à la droite) qui nous permet de voir quel sera notre auditoire.

fb5

Quatrième étape : Choisir les placements

Par défaut, les publicités seront placées sur Facebook (à différents endroits), sur Instagram (même si nous n’avons pas de compte) et sur le réseau d’audiences. Pour un premier essai, on peut garder le placement automatique. Ensuite, on suit les résultats et avec les données on peut voir si un ou plusieurs de ses supports est moins performants. Si c’est le cas, on peut l’abandonner. Par exemple, le fil de nouvelles est plus intéressant que la colonne de droite sur Facebook. Toutefois, cela peut varier d’une entreprise à l’autre.

fb6

Cinquième étape : Définir le budget

Si on ne contrôle pas le coût par clic ou par affichage (puisqu’il fonctionne avec un système d’enchère), on peut quand même décider du montant qu’on est prêt à payer par jour ou sur la durée de la campagne. Pour information, dans une campagne efficace le coût par clic est d’environ 0,50 $.

On peut lancer la campagne immédiatement ou choisir un moment de début et de fin.

fb7

À noter qu’à cette étape il y a une option dans la planification des publicités. On peut diffuser les publicités en continue ou diffuser les publicités selon un calendrier. Quand on choisit d’y aller selon un calendrier, il y a beaucoup d’essais et erreurs. En effet, il faut voir nos statistiques régulièrement pour voir quelles sont les heures les plus efficaces pour nous. Par contre, quelqu’un qui veut générer des prospects peut très bien décider d’afficher seulement lors de ses heures d’ouverture pour faire un bon suivi client.
fb8

Sixième étape : Créer la publicité Facebook proprement dite

La publicité peut être une image unique, une vidéo, un carrousel ou même un diaporama.

fb9

Pour les besoins de l’exercice, on va y aller avec « Image unique », ce qui nous permet de créer jusqu’à 6 publicités. Si on a suivi les étapes de notre planification, on a déjà tous les éléments en main au bon format (1200 par 628 pixels). Il suffit de faire du copier-coller pour les textes et de télécharger les images.

Tout le long, vous pouvez suivre l’avancement à votre droite qui montre un aperçu des publicités. (Ici, on peut choisir les différents formats selon les canaux).

pub-fb

Quand le résultat vous semble satisfaisant, il ne reste plus qu’à passer votre commande. Cela peut prendre quelques minutes avant que la campagne ne soit activée.

Septième étape : Effectuer le suivi

Votre travail n’est toutefois pas terminé. Vous devez regarder les résultats de votre campagne. En effet, l’avantage de la publicité Facebook sur les médias traditionnels, c’est qu’on peut apporter des correctifs en temps réel. Si on voit qu’une des versions de la publicité ne fonctionne pas, il ne faut pas avoir peur de l’abandonner. C’est rare que les tendances s’inversent dans ce type de promotion. À la fin, on conserve les deux publicités les plus performantes (ou même la plus performante s’il y a une différence marquante).

Pour faire le suivi, il suffit d’aller dans « Gérer les publicités » à partir de votre page Facebook.

fb10

On arrive alors au menu suivant :

fb11

On appuie sur le nom du compte et on a accès aux différentes campagnes.

fb12

En appuyant sur la campagne en cours, on a accès aux différentes informations qui nous permettent de voir son efficacité.

Pour s’améliorer, il faut être capable d’avoir une rétroaction afin d’identifier les endroits où on doit apporter des correctifs. Ce principe s’applique (entre autres) à notre gestion de nos pages d’entreprise sur les médias sociaux. Seulement, ce n’est pas si évident de savoir quels sont les éléments dont il faut tenir compte pour mesurer la performance de sa page Facebook.

Il est essentiel de mettre en place des indicateurs de performance (KPI). Ceux-ci servent à mesurer l’efficacité des actions posées sur notre page. Après tout, le but est de construire une communauté dynamique et de favoriser son engagement. Il faut donc savoir où regarder.

La communauté

Un des premiers aspects que l’on doit suivre quand on veut mesurer la performance de sa page Facebook est l’évolution de sa communauté. Il importe de suivre, d’un mois à l’autre, l’augmentation (ou la diminution) du nombre de personnes qui aiment votre page. Si ce nombre est en hausse : génial. S’il y a une diminution ou même une stagnation, un signal d’alarme doit s’allumer. Il faut alors repenser à sa stratégie.

Cette statistique est la plus facile à trouver. On l’a souvent directement sur notre page d’accueil. Sinon, pour faire le suivi et obtenir de plus amples informations, on peut aller dans l’onglet « Statistiques ». De là, on clique sur « Mentions J’aime » dans le menu à gauche.

aime

Vous avez eu plusieurs nouveaux adhérents lors d’une journée précise? Ou, au contraire plusieurs ont quitté le navire? Cherchez à comprendre ce qui s’est passé. Qu’avez-vous fait cette journée-là? Est-ce que vous pouvez reproduire cette action (ou l’éviter)?

La portée par publication

La portée est le deuxième élément à regarder pour mesurer la performance de sa page Facebook. Dans l’onglet « Statistiques », on peut cliquer sur « Portée ». On a alors la portée totale lors de la dernière semaine (en gros, le nombre de personnes atteint par nos publications). Personnellement, je trouve cette statistique assez quelconque. On a beaucoup plus à apprendre en allant voir notre portée par publication.

portee

En effet, dans l’onglet « Statistiques », on peut cliquer sur « Publications » dans les choix à gauche. En descendant un peu, on a un tableau très complet. On est capable de connaître le nombre de personnes touchées par chaque publication. En fait, en choisissant les options dans le haut du tableau, on peut décomposer la portée de différentes façons.

La portée totale

Cela représente le nombre de personnes, fans de la page ou non, qui ont accédé au contenu.

La portée organique

On part de la portée totale et on sépare les gens atteints de façon naturelle (soit parce qu’ils suivent la page, soit parce qu’ils ont eu accès à du contenu partagé) et ceux qui ont été atteints par la publicité (portée payée). On peut comparer avec la portée chez les fans (voir plus bas) pour déterminer si seuls ces derniers ont accès au contenu. Si on voit que les nombres sont très proches, cela peut signifier qu’il faudrait penser à une stratégie pour promouvoir le contenu. Si, au contraire, il y a une forte disparité, il faut travailler une stratégie pour augmenter son nombre de fans.

La portée chez les fans

C’est le nombre de personnes qui suivent la page qui a été atteint par la publication. En gros, c’est votre clientèle primaire, celle qui a fait le choix de vous suivre. S’ils ne réagissent pas assez à vos contenus (si ceux-ci ne sont pas assez attrayants pour eux), il se peut que plusieurs d’entre eux ne voient pas votre dernière publication.

Ces données sont importantes, car elles permettent de connaître le nombre de personnes qui ont eut accès au contenu.

L’interaction

Avec l’autre menu dans le haut du tableau, on a accès au nombre de clics, aux différentes réactions et au taux d’engagement. Il s’agit du troisième aspect essentiel pour mesurer la performance de sa page Facebook, l’engagement. Cela représente toutes les actions qui ont été posées par rapport à la publication. Par exemple, cela tient compte des mentions J’aime, des commentaires, des partages, des gens qui ont cliqué sur le lien, etc. Cela en dit beaucoup sur la qualité de votre contenu. La portée, c’est bien, mais à quoi cela sert d’atteindre 1000 personnes si on ignore s’ils ont lu ce qui leur a été présenté ? L’interaction nous permet de savoir que les gens étaient intéressés (ou non dans le cas d’actions négatives).

Eh oui, on a aussi accès aux réactions négatives (publications masquées, rapport de spam, annulation de mentions J’aime). En gros, toutes les actions négatives sont comptabilisées. Cela permet de voir quand un contenu pose problème et de s’assurer de ne pas en publier d’autre du même tonneau. En suivant sa communauté, on peut voir la progression du nombre de fans. Ici, on sait exactement à quel moment certains ont décidé d’arrêter de nous suivre.

Comme pour chacune des données présentées dans cette section, l’intérêt n’est pas tant dans les nombres absolus obtenus que dans la comparaison entre les différentes publications. C’est un moyen d’affiner nos actions pour publier le contenu le plus intéressant pour son public. Après tout, vous ne partagez pas des choses pour votre plaisir, mais pour capter leur attention.

Comparer la performance de sa page Facebook

pages_surveiller

Cela dit, même si on suit assidûment les statistiques de notre page, il nous manque souvent un élément clé pour mesurer la performance de sa page Facebook : un référent. Une façon d’évaluer la performance d’une page est de la comparer à d’autres pages similaires.

Quand on fait une étude de marché, il est rare que les compétiteurs acceptent de partager leurs données. Toutefois, il y a moyen d’accéder à l’information sur Facebook sans même avoir à contacter l’autre entreprise. En effet, la fonctionnalité « Pages à surveiller » permet d’obtenir de précieuses informations.

On accède à cette fonctionnalité dans l’onglet « Statistiques ». Vers le bas de la page, il y a la section « Pages à surveiller ». On peut choisir les pages qui nous intéressent. Ça peut être des partenaires, des compétiteurs ou des gens qui oeuvrent dans notre domaine dans une autre région. Comme souvent, Facebook va aussi proposer des pages.

On a accès à différentes données : le nombre de mentions J’aime au total, l’évolution lors de la dernière semaine, le nombre de publications lors de la dernière semaine et l’engagement.

Bref, on a les outils en main pour mesurer notre performance dans notre secteur d’activité. Pourquoi s’en passer?

Pour ceux qui utilisent régulièrement Facebook (aux dernières nouvelles, on était 1,13 milliard d’utilisateurs quotidiens), créer une page d’entreprise est quelque chose d’assez simple. Pourtant, plusieurs personnes ont encore de la difficulté lorsque vient le temps de passer à l’action. Pour plusieurs, c’est à cause du manque de temps… Je ne peux rien pour eux. Pour les autres, voici une petite marche à suivre qui vous permettra de gagner du temps.

Petit détail technique en partant : le plus simple est de créer sa page Facebook d’entreprise à partir de son compte personnel. Seulement, pour les entreprises de plus grandes envergures, ça peut valoir la peine de créer un compte personnel pour l’entreprise. Pourquoi ? Parce que si l’employé qui a créé la page s’en va, il n’y a aucune difficulté à changer d’administrateur. Pour aujourd’hui, je ne m’attarderai pas là-dessus puisque je m’adresse surtout aux PME et aux travailleurs autonomes.

Pour lancer l’aventure, il faut aller dans le menu déroulant en haut à droite et sélectionner « Créer une Page ». Ne confondez pas avec « Créer un groupe » qu’on retrouve un peu plus bas. Un groupe, c’est un outil génial pour gérer un petit groupe de travail ou une équipe sportive, car on peut y partager des documents, ce qui est impossible dans une page ou un compte personnel. On peut aussi ouvrir le groupe à tous ou le mettre en mode privé. Sauf que pour le besoin de notre entreprise à la recherche d’amour (les fameux J’aime), ce n’est pas l’idéal.

facebookA

Lorsqu’on lance le processus pour créer une page (dans le menu déroulant en haut à droite sur Facebook), on nous demande de choisir le type de page. Il y a six choix : Lieu ou commerce locaux ; Entreprise, organisme ou association ; Marque ou produit ; Artiste, groupe ou personnalité publique ; Divertissement ainsi que Cause ou communauté. Pour la plupart, ce sera « Lieu ou commerce locaux » ou « Entreprise, organisme ou association ».

facebook2

Ensuite, on vous demande de choisir votre catégorie, en d’autres mots, votre secteur d’activité. Il y a un menu déroulant et choisissez ce qui vous représente le mieux.

La question d’après peut sembler simple : le nom de l’entreprise. Attention, vous ne pourrez plus changer par après (du moins à partir du moment où vous aurez 200 adeptes). Assurez-vous de ne pas faire de fautes d’orthographe. Si vous êtes travailleur autonome, au lieu d’écrire votre nom, Pierre-Luc Lafrance, ajoutez votre domaine d’activité, stratège en communication sociale. Le plus simple, c’est d’avoir un nom d’entreprise, Lafrance Communication. Dernier conseil, assurez-vous de conserver l’appellation de votre entreprise. Évitez que Lafrance Communication ne devienne LafranceCommunication ou Lafrance communication. Ainsi, vous vous assurez que les gens qui vous cherchent vont vous trouver.

Les éléments de base d’une page Facebook

But de la page : Écrivez un petit texte d’un maximum de 155 caractères parlant de vos services, de votre clientèle, de votre territoire, etc. Imaginez que vous devez vous présenter à un déjeuner d’affaires et que vous avez 15 secondes pour expliquer ce que fait votre entreprise.

Site Internet : C’est très simple, vous devez mettre un lien vers votre site Internet. Sans faire de miracle, ce simple petit geste va aider votre référencement.

Adresse Facebook personnalisée : Évitez de prendre l’adresse qui est suggérée, souvent un terme à rallonge avec plein de chiffre. Par exemple, j’ai choisi facebook/LafranceCommunication.

Photo de profil : Prévoyez une image qui sera votre photo de profil. Une photo de vous, votre logo, une photo de la devanture de votre magasin. Gardez en tête que le format est de 160 pixels par 160.

Préparez aussi une image de couverture. Vous aurez à la mettre plus tard lorsque la page sera créée, mais c’est bon de l’avoir avant d’en arriver à cette étape. Cette image beaucoup plus grande (828 pixels par 315) vient habiller votre page.

On vous demande ensuite d’ajouter la page aux favoris. En gros, c’est de définir l’endroit où votre page sera accessible à partir de votre compte personnel afin d’en assurer la gestion.

La dernière étape est de définir l’auditoire. Cette étape va aider à mieux ressortir chez certains groupes qui correspondent à notre public cible. On peut définir la langue, la zone géographique, l’âge, le sexe, les centres d’intérêt, etc. Si notre vision n’est pas si claire sur notre public cible à cette étape, ce n’est pas si grave. D’abord, parce qu’on peut changer ces critères par la suite, mais aussi parce que le ciblage est surtout important quand on va lancer une campagne payante.

Et après…

Bravo, vous avez votre page. Petit truc, si vous avez encore des ajustements à faire avant de la lancer dans l’univers, changer les paramètres pour mettre la page en mode privé.

Pour ce faire, appuyez sur « Paramètres » en haut à droite sur la page. Ensuite, allez dans visibilité de la page et annulez la publication de la page. Attendez d’être prêt avant de mettre la page en ligne. Il n’y a rien de pire que d’inviter les gens à aimer une page vide. D’ailleurs, tant qu’à être dans les paramètres, vous pouvez faire le tour des options. On peut choisir qui peut écrire sur la page, qui peut écrire des messages privés, etc.

Facebook3

Quand on a fait le tour des paramètres, on peut appuyer sur le bouton « Plus ». Vous pouvez modifier les informations de la page. C’est l’occasion de mettre une description plus longue de votre entreprise, d’inscrire vos contacts (numéro de téléphone, courriel, etc.), votre emplacement, votre horaire. Le but est de répondre au plus grand nombre de questions possibles.

facebook4

Ensuite, on peut ajouter un bouton (c’est juste à côté du « Plus »). Par exemple : Communiquer avec nous. Quand les gens cliquent sur le bouton, ils peuvent vous écrire, vous appeler (pratique sur un mobile) ou aller sur votre site.

Enfin, il reste l’habillage : mettre quelques photos (dont l’image de couverture dont j’ai parlé plus tôt), préparer un peu de contenu pour que les gens aient de quoi à se mettre sous la dent lorsqu’ils découvriront notre page (deux ou trois petits textes).

Quand tout nous semble satisfaisant, on enlève le mode privé de la page Facebook. Ensuite, on invite des amis (en appuyant sur le bouton « Plus » qu’on a vu plus tôt).

Les petits plus

Afin de sortir plus haut dans les moteurs de recherche, on peut demander que notre page soit vérifiée (c’est dans les paramètres qu’on a vu plus haut). La procédure est assez simple : on donne notre numéro de téléphone, l’instant d’après on reçoit un appel automatisé qui nous donne un code de sécurité. On l’écrit sur la page et le tour est joué. On reçoit ensuite un badge attestant que la page Facebook a été vérifiée.

Autre truc, assurez-vous de répondre à tous les messages que vous recevez. En effet, les statistiques sont compilées sur votre taux de réponse et sur la rapidité de vos réponses. Plus vous répondez vite, plus Facebook aime ça. Et, pour vous assurez d’avoir les meilleures statistiques possibles, assurez-vous d’avoir le dernier mot à tous vos échanges de messages. En effet, si vous recevez un message qui ne demande pas de réponse (et donc auquel vous ne répondez pas), cela va nuire à vos statistiques, car Facebook va interpréter cela comme un message non répondu.

Enfin, la clé du succès est d’alimenter régulièrement sa page. On peut créer son propre contenu (une ou deux entrées par semaine), mais aussi partager des contenus trouvés sur d’autres pages ou d’autres sites qui sont pertinents pour notre clientèle.