Articles

réseau LinkedIn
Un des avantages de prendre un compte Premium sur LinkedIn est la possibilité d’écrire des messages (InMail) à des gens qui ne font pas partie de son réseau LinkedIn. Sauf que cela revient assez cher juste pour écrire des messages. Heureusement, il y a des façons de contourner ce problème. Nous en verrons deux ici.

1) Ajouter une note à une invitation à joindre son réseau LinkedIn

Peu importe la situation, je vous conseille toujours d’ajouter une note lors de vos demandes pour joindre le réseau de quelqu’un. Cette touche personnalisée permettra d’obtenir plus de succès qu’une invitation générique. Cela vaut donc la peine de passer par son ordinateur pour écrire à quelqu’un plutôt que de passer par son téléphone où il n’y a que les messages génériques. Si vous voulez vraiment écrire à quelqu’un qui n’est pas dans votre réseau, vous pouvez profiter de cette note pour lui écrire un court message (l’espace est limité) qui l’invite à vous contacter par courriel, par téléphone ou en joignant votre réseau.

réseau LinkedIn

2) Joindre le groupe auquel participe la personne visée

Ici, c’est un peu plus compliqué, mais encore plus efficace. Il faut d’abord regarder le profil de la personne que vous voulez joindre. Dans le bas de la page, on a la liste de ces centres d’intérêts. Si elle fait partie d’un groupe, vous le verrez. Il suffit alors de cliquer sur le groupe pour y accéder. Vous pourrez alors faire une demande pour joindre le groupe si vous n’êtes pas encore membre.
réseau LinkedIn
Pour écrire à un membre, il faut aller à la droite de la page. Vous verrez le nombre de membres du groupe. Si vous appuyez dessus, vous arrivez à la liste des membres. Si vous mettez le curseur de votre souris par-dessus un membre, vous verrez à la droite de son nom une enveloppe. Appuyez dessus pour lui transmettre un message privé.
réseau LinkedIn
Sinon, il y a toujours la possibilité de voir si on a un ami en commun avec la personne qu’on veut contacter. Si c’est le cas, demandez à cet ami de vous mettre en contact.
Lier son compte Twitter à son compte Facebook
Dernièrement, un client m’a demandé comment lier son compte Twitter à son compte Facebook pour partager automatiquement ses publications Facebook sur Twitter. Je lui ai donné les explications qui suivent. Par contre, je l’ai mis en garde (et je le fais avec vous aussi), je ne crois pas que ce soit une bonne chose de partager tout ce que vous faites sur les deux médias. En effet, Twitter et Facebook ont des modes de fonctionnement différent et vous devriez avoir une stratégie propre à chacun.

Première étape : Accédez à www.facebook.com/twitter

Lier son compte Twitter à son compte Facebook

Deuxième étape : Cliquez sur « Lier mon profil à Twitter » ou « Lier une Page à un compte Twitter ».

Troisième étape : Si vous avez plusieurs pages, choisissez celle que vous voulez lier à votre compte Twitter.

Quatrième étape : Autorisez l’application à utiliser votre compte.

Lier son compte Twitter à son compte Facebook.
À partir de là, votre compte Twitter est lié à votre compte Facebook, mais le travail n’est pas terminé.

Cinquième étape : C’est très important de choisir le type de publications que vous souhaitez partager.

Pour cela, il faut retourner à www.facebook.com/twitter
Sous « Modifier les paramètres », cliquez sur vos choix afin de partager le bon contenu sur Twitter.
Lier son compte Twitter à son compte Facebook.

Sixième étape : Cliquez sur Enregistrer les modifications.

Instagram

Instagram occupe de plus en plus de place dans le domaine des médias sociaux. De plus en plus, les entreprises se doivent d’y être actives. Cette semaine, je vous présente quelques outils qui vont vous aider à y faire votre place.

Comment publier sur Instagram à partir de son ordinateur ?

Pour les dinosaures comme moi qui préfèrent travailler avec leur ordinateur qu’avec une tablette ou un téléphone intelligent, Instragram peut causer des désagréments. Heureusement, il existe une foule d’outils pour optimiser votre expérience sur cette plateforme.

Vous pouvez toujours passer par un outil externe pour planifier vos publications (et, par le fait même, passer par votre ordinateur pour publier sur Instagram). Personnellement, je travaille avec Hootsuite, mais vous pouvez passer par Buffer ou autre.

Vous pouvez aussi passer par Gramblr qui est en quelque sorte l’outil officiel pour publier sur Instagram à partir de son ordinateur.

Cela va vous simplifier la vie si vous avez une grosse banque d’image sur votre disque dur et que vous ne voulez pas vous les transférer chaque fois que vous voulez en publier une.

Pour partager des publications sur Instagram

Par défaut, on ne peut pas partager les publications des autres sur Instagram. Il faut dire que cette plateforme se concentre surtout sur la production de contenu. Par contre, il peut être intéressant (à l’occasion) de repartager un message. Pour le faire, il suffit de passer par une application externe comme Repost Photo & Vidéo. Si vous faites une recherche sur Apple Store ou sur Google Play, vous devriez en trouver plusieurs. Personnellement, je conseille de vous attarder à la note et aux commentaires avant de faire votre choix.

Quelques bonnes pratiques

  • Sur Instagram, les mots-clics sont au coeur de votre succès. Vous pouvez vous positionner sur une trentaine de mots-clics (hashtags) par publications. Personnellement, je conseille de vous limiter à une dizaine. Pour en savoir plus sur les mots-clics, je vous invite à lire mon texte sur le sujet.
  • Misez sur l’humain. Pensez vos publications en fonction du média. Mettez l’accent sur les images, évitez de passer en mode promotion agressive et montrez un aspect humain de votre entreprise.
  • Comme sur toutes les plateformes : soyez généreux. Répondez à votre communauté, mettez vos clients, employés et partenaires en valeur.
  • Misez sur la vidéo en direct et sur les stories pour créer un sentiment de proximité avec votre clientèle.
  • Amusez-vous et explorez, c’est la plateforme parfaite pour essayer des choses.

 

Médias sociaux

Cette semaine, quelqu’un m’a posé une bonne question. Est-ce qu’il a vraiment besoin de moi pour la gestion de ses médias sociaux ? En gros, plutôt que de développer une stratégie de contenu, ne serait-il pas mieux de tout miser sur de la publicité Facebook ? Cela entraîne différentes sous-questions auxquelles je vais tenter de répondre.

Est-ce possible de gérer soi-même ses médias sociaux ?

D’abord, je dois dire, qu’en effet, c’est très possible de gérer soi-même ses médias sociaux. Tout comme il est possible de faire sa propre publicité sur Facebook. Certains le font très bien et en récoltent les résultats. Par contre, un des défis, c’est la régularité. Est-ce que vous allez vraiment publier 2-3-4-5-6 fois par semaine TOUTES LES SEMAINES ?

D’expérience, les gens mettent rapidement ça de côté lorsqu’ils sont occupés, car ils ont bien d’autres priorités.

Pourquoi investir dans une stratégie de contenu ?

Il y a aussi la question de la pertinence de la stratégie de contenu. Pourquoi ne pas tout mettre son budget en publicité ? Cela demande un investissement moins important en temps et en argent. En fait, ce que je conseille toujours c’est de jouer sur les deux tableaux. Le contenu va permettre de créer un lien avec la clientèle, de développer une relation de confiance. C’est une façon de vous placer dans le rôle de spécialiste en offrant du contenu à valeur ajoutée à votre clientèle cible.

Non, les résultats ne sont pas sur le court terme, c’est un investissement. Pour faire une comparaison, c’est un peu comme du réseautage. Tu ne t’impliques pas dans un groupe d’affaires pour des résultats immédiats. Tu le fais pour développer des relations à long terme. Pour une comparaison avec le domaine du marketing Web, c’est un peu l’équivalent d’investir sur son référencement naturel. Ça ne fait pas que ton téléphone va sonner le lendemain. Par contre, en sortant bien dans les moteurs de recherche, les appels vont venir régulièrement.

Mon rôle est de m’assurer que le contenu offert est intéressant et intelligible pour le public ciblé.

Et la publicité là-dedans?

La publicité vient compléter la stratégie de contenu. Les résultats PEUVENT être plus rapides. Pour garder notre analogie du marketing Web, c’est l’équivalent du Google AdWords. Cela permet de booster sa visibilité. Par contre, l’effet n’est pas durable. De plus, si la compagne n’est pas bien pensée, c’est facile de passer à côté de son objectif. Mon rôle n’est pas de mettre la publicité en ligne, c’est de concevoir la campagne pour qu’elle ait le maximum d’impact. On s’assure de cibler la bonne clientèle. On développe plusieurs versions de la publicité afin d’augmenter les chances d’atteindre notre public. Et, surtout, je vais faire un suivi régulier pour enlever les publicités moins efficaces ou pour apporter des petits correctifs au besoin. À la fin, je fais un rapport pour m’assurer que la prochaine campagne soit plus efficace en tirant des leçons de la première.

En conclusion

Est-ce possible de faire ses campagnes soi-même? Bien sûr. Si vous êtes bons là-dedans et que vous êtes prêts à y investir le temps nécessaire, je vous encourage à le faire.

Cela dépend de plusieurs facteurs. Avez-vous la possibilité de mettre du temps régulièrement pour la gestion et le suivi de vos médias sociaux ? Est-ce que votre temps pourrait être mieux utilisé ailleurs ?

Twitter
Twitter était d’abord présenté comme un site de micro-bloging. Le défi était de passer ses messages en 140 caractères. Maintenant, on parle de 280 caractères. Le type de message demeure tout de même les mêmes : des redirections vers des articles ou des billets de blogues, des commentaires sur l’actualité, des réactions à d’autres blogues. Le flot est rapide. Les messages disparaissent rapidement du fil principal. Par contre, grâce au système de mot-clic, il est facile de retrouver un vieux message (dans la mesure où la personne qui l’a écrit à bien catégorisé son message).
Twitter vient de faire des profits lors du dernier semestre (le 4e de 2017) pour la première fois de son existence. C’est important parce que malgré 307 millions d’utilisateurs actifs par mois dans le monde, le média n’a jamais réussi à rentabiliser son potentiel. Est-ce que la tendance va s’inverser dans les prochains mois? À suivre…

Quelques particularités de Twitter

Pour bien tirer son épingle du jeu dans une stratégie de contenu, cela demande une bonne implication en temps. On peut se placer comme spécialiste dans ce domaine, mais cela demande des actions concrètes : répondre aux messages qui nous interpellent (bien sûr), mais aussi réagir aux messages qui touchent notre domaine d’activité, partager de l’information, diffuser des billets de blogue, etc. On peut prévoir 2 à 8 messages par jour!
Lors de la rédaction, il est essentiel d’utiliser les mots-clics (un à trois, idéalement deux par message). Pour créer des interactions, il est de bon ton de citer un ou des interlocuteurs. Aussi, on peut (doit) maintenant utiliser les photos et vidéos.
Pour limiter le nombre de caractère, on conseille de réduire l’URL des articles ou billets de blogue que l’on partage (avec bit.ly par exemple).
De plus, Twitter est génial dans l’événementiel : par exemple, on peut avoir un mur sur lequel sera publié les tweets en direct lors de l’événement (on le voit aussi dans le bas de l’écran de certaines émissions de télévision)
Pourquoi être sur Twitter ?
  • Améliorer son référencement (les tweets sont dans les pages de résultats de Google)
  • Augmenter le trafic vers son site
  • Développer son réseau
  • Partager son expertise
  • Faire de la veille en temps réel
  • Surveiller vos concurrents
  • Gérer votre réputation
  • Donner du punch à un événement
  • Développer des liens avec des influenceurs ou des personnalités
relations de presse

L’idée de se passer des médias peut être tentante. Imaginez : des relations de presse… sans les contraintes de la presse. En effet, avec les technologies actuelles, on peut devenir son propre média. Personnellement, j’ai toujours vu mon blogue, mon infolettre et mes médias sociaux comme autant de magazines dont je contrôlerais complètement le contenu.

Les avantages

  • On peut rejoindre directement son public, sans avoir à passer par les médias
  • On contrôle le message
  • Cela nous offre un contenu de qualité pour nourrir notre stratégie de contenu
  • C’est possible de mesurer l’impact du message grâce aux statistiques
  • Il y a moins de contraintes : aucune date de tombée, pas de limite d’espace
  • On peut user d’une approche multimédia (image, audio, vidéo, texte, etc.)
  • Cela laisse des traces sur le Web et les gens peuvent retomber sur ce communiqué plus tard, surtout s’il est bien référencé
  • Cela favorise le partage

Mieux encore, ça peut attirer l’attention des journalistes… eh oui, en mettant son communiqué en ligne, cela peut attirer l’attention d’un journaliste dans sa phase de recherche.

Utiliser les médias sociaux pour booster son événement

Organiser une conférence de presse et générer du contenu, cela demande du temps et de l’énergie. Tant qu’à mettre cet effort, aussi bien en profiter pour aller chercher le plus grand rayonnement possible. Heureusement, avec les médias sociaux, il est possible d’optimiser sa présence. Le truc de base, c’est de partager les articles que vont écrire les journalistes présents. Après tout, c’est un contenu de qualité et crédible (ce n’est pas vous qui l’avez écrit, mais tel média). Toutefois, il y a d’autres moyens d’être actif.

  • Créer un buzz avant l’événement

Commencé à annoncer une semaine ou deux à l’avance qu’il y aura une grande annonce. Ne vendez pas les punchs, mais donnez l’eau à la bouche pour créer une attente. Attention toutefois aux attentes démesurées. Si c’est une petite nouvelle, ne soyez pas trop mystérieux. On peut donner quelques bribes d’informations ou poser les questions auxquelles nous donnerons les réponses. Par exemple : la conférence sert à partager les résultats d’une étude sur la pauvreté à Québec. On pourrait poser une question par jour pendant une semaine et dire que la réponse va suivre après la conférence du 7 décembre.

On peut aussi (doit si on utilise cette méthode) annoncer à l’avance la diffusion sur Facebook live (nous y reviendrons).

  • Réagir en direct sur les médias sociaux

Vous pouvez publier en direct des photos et des extraits d’information sur Twitter et Facebook pendant l’événement. Vous pouvez préparer ses extraits à l’avance à partir des textes de vos conférenciers. Ne reste qu’à prendre les photos.

  • Diffuser la conférence sur Facebook Live (ou sur YouTube)

Voir plus d’informations sur Facebook Live ici.

Le meilleur des deux mondes

Par contre, l’idéal, c’est de faire les deux. Parce que les médias ne sont pas inutiles, loin de là, je ne vous conseille pas de délaisser les relations de presse. Les journalistes viennent apposer un sceau de crédibilité à votre sujet. En effet, même dans l’optique de la stratégie de contenu, diffuser un article publié dans un journal va paraître plus sérieux que de diffuser un communiqué avec la même information. D’ailleurs, je vous conseille de partager les articles sur vos réseaux le plus possible afin d’augmenter l’impact de vos relations de presse! Et, n’oubliez pas, les médias touchent un large public qui va bien au-delà de votre réseau.

Avant de traiter de la façon d’accéder aux statistiques de ses pubs Facebook, revenons sur le but de ces publicités. Je le dis souvent, il faut amener le client potentiel le plus près possible de l’action d’achat. C’est pourquoi il importe d’avoir une landing page ou, du moins. Au minimum, il faut amener le client potentiel à l’endroit sur votre site où il trouvera la bonne information… et une incitation à passer à l’action

En termes de suivi, l’idéal est d’être le plus près possible de l’achat. En gros, payer pour une action précise (exemple un achat ou une inscription à l’infolettre) est plus intéressant que de payer pour un clic. Et payer pour un clic est plus intéressant que de payer pour un affichage (coût du mille ou CPM). Je sais que plusieurs fonctionnent avec le CPC (coût pas clic), alors je vous dirais qu’en général l’objectif visé est de 0,50$ du clic.

Toutefois, dans l’absolu, l’important est de s’assurer d’un bon retour sur l’investissement. Par exemple, si je paie 1$ du clic, mais qu’une personne sur 10 achète mon produit sur lequel je fais un profit de 100$, c’est intéressant. En effet, je vais chercher 10$ par dollars investis. À l’inverse, si je paie 0,25$ du clic, mais que je n’ai qu’un client sur 100 qui achète mon produit sur lequel je fais 50$, c’est moins intéressant. En effet, dans ce cas de figure, je ne vais chercher que 2$ par dollars investis.

Heureusement, ici aussi, Facebook donne accès à une foule de statistiques de ses pubs Facebook.

Où trouver les statistiques de ses pubs Facebook?

La première chose à faire est d’aller dans la section « Gérer ses publicités ». Pour se faire, on appuie sur le triangle à l’envers au haut de le menu au haut de Facebook et on sélection « Gérer ses publicités ».

Statistiques de ses pubs Facebook

De là, on a accès à toutes nos campagnes. On voit d’abord un tableau sommaire qui permet de voir le coût par résultat de chacune des campagnes.

Statistiques de ses pubs Facebook 2

Rendu là, si on veut voir plus précisément les informations sur une campagne, on n’a qu’à aller par-dessus et à sélectionner « Voir les graphiques ».

Statistiques pour ses pubs Facebook 3

Cette section nous donne toutes les informations sur la performance : le prix payé, le nombre de résultats, le nombre de personnes atteintes, le coût par résultat, le taux de résultats, etc. Le tout peut être ventilé par jour.

Tableau statistiques de ses pubs Facebook

On peut aussi décider de voir les données démographiques. Cela permet de connaître le sexe et l’âge des gens qui ont interagi avec notre publicité. On peut aussi voir quels sont les groupes les plus performants. Cela permet de faire le suivi en temps réel ou pour une prochaine campagne. Par exemple, on peut décider de cibler une clientèle performante plutôt qu’une autre. On peut aussi décider d’adapter notre discours pour certaines clientèles qui réagissent moins bien.

Tableau par sexe statistiques pubs Facebook

Enfin, si on repartage la publicité sur sa page, il est bon d’aller voir sous la publication. On y trouve une barre qui indique le nombre de personnes atteintes. L’orange pale correspond à la portée organique, alors que le orange foncé correspond à la portée payée. Si on met le curseur au-dessus de cette ligne, on a même la répartition en nombre des personnes atteintes.

Publication - statistiques de ses pubs Facebook

Formations automne 2017

Gros automne en perspective. Je vais offrir différentes formations à Québec et en Beauce. Afin de vous aider à vous y retrouver, voici une petite présentation des formations.

Formations Communications et marketing Web 1 et 2

Le cours de base aura lieu les lundis soirs du 11 septembre au 2 octobre au Cégep Sainte-Foy. Si vous voulez vous inscrire, faites vite!

Le cours a pour objectif de présenter les bases du marketing Web. À la fin du cours, le participant sera en mesure de choisir les publicités en ligne les plus intéressantes selon son secteur d’activité et sa clientèle. Il pourra ensuite mettre en œuvre des campagnes publicitaires sur Google AdWords, Facebook Ads et LinkedIn Ads. Il sera aussi en mesure de faire le suivi de ses campagnes en utilisant les outils statistiques pour en évaluer la performance.

Pour plus d’information ou pour vous inscrire, cliquez ici.

Le cours avancé aura lieu les lundis soirs du 16 octobre au 20 novembre au Cégep Sainte-Foy.

Le cours s’adresse à ceux qui ont déjà une base en marketing Web et qui voudraient aller plus loin. À la fin du cours, le participant sera en mesure d’attirer des clients de façon plus efficace avec les différents outils disponibles sur le Web. Il pourra développer une campagne de sociofinancement, développer des stratégies de vente par les infolettres, utiliser les options avancées de campagne Facebook ou Google AdWords comme le remarketing et générer des revenus passifs avec son blogue ou son site Internet.

Pour plus d’information ou pour vous inscrire, cliquez ici.

Formation Relations avec les médias

Le cours aura lieu trois lundis consécutifs de jour du 6 au 20 novembre au Cégep Sainte-Foy.

Le cours vise surtout les dirigeants d’organisme. Il a pour objectif de présenter les bases de la relation avec les médias. À la fin du cours, le participant sera en mesure de monter un plan de communication stratégique, de rédiger des documents de communication (invitations, communiqués de presse, etc.), de répondre aux questions des journalistes et de préparer un porte-parole (ou encore de voir comment répondre lui-même aux questions). Il verra aussi comment interagir avec les journalistes (relation avant, pendant et après un événement). Enfin, il apprendra comment utiliser les médias sociaux pour mettre en valeur ses événements et son équipe.

Pour plus d’information ou pour vous inscrire, cliquez ici.

Formation Utilisez LinkedIn dans un contexte d’affaires

Le cours aura lieu à Sainte-Marie le 25 septembre, à Lac-Mégantic le 12 octobre et à Saint-Georges le 4 décembre.

Découvrez des stratégies pour utiliser LinkedIn de façon efficace, que ce soit pour réseauter, pour trouver de nouveaux clients ou développe des partenariats d’affaires.

Pour plus d’information ou pour vous inscrire :

Sainte-Marie

Saint-Georges

Lac-Mégantic

 

Et, bien sûr, j’offre toujours des formations personnalisées sur une base individuelle. Je me déplace dans votre entreprise et on voit uniquement ce dont VOUS avez besoin. Quand je repars, vous êtes dans votre environnement et apte à travailler. Pas de perte de temps; plus d’efficacité.

Onglet de la page Facebook - Avis

Soyons honnêtes, quand un client potentiel fait une recherche pour trouver une entreprise dans un domaine précis, il ne passe pas par Facebook, mais bien par Google. Par contre, la page Facebook d’une entreprise est souvent bien référencée sur les moteurs de recherche. Et les gens n’utilisent pas tous les outils à leur disposition, comme les onglets de la page Facebook, pour se démarquer.

Sur la gauche de la page, il y a toute une série d’onglets qui vous permettent de faire connaître votre entreprise.

Tour d’horizon des onglets de la page Facebook

Le premier incontournable, en ce qui me concerne, est la section avis. J’en ai déjà parlé dans ce billet, mais les clients potentiels vont se fier à l’avis de consommateur dans leur processus d’achat. Assurez-vous donc qu’ils puissent en trouver sur votre page… car votre concurrent risque de le faire.

Onglet de la page Facebook - Avis

Une section carrément sous-utilisée est celle des services. Vous avez l’occasion de présenter vos principaux services avec une courte description et une photo. Si cela s’y prête, vous pouvez même y ajouter des prix. Il s’agit d’une superbe vitrine que vous seriez bête de ne pas utiliser.

Onglets de la page Facebook - Services

Dans la section à propos, vous pouvez écrire votre adresse et il y aura automatiquement une carte avec la géolocalisation. Très pratique, surtout si vous voulez que les clients viennent dans votre boutique. Vous devez aussi vous assurer de mettre en valeur vos mots-clés dans la description. Enfin, n’oubliez pas d’y mettre vos heures d’ouverture.

onglets de la page Facebook - a propos

Comment enlever ou ajouter un onglet ?

Il y a différentes façons de faire, mais la plus simple est d’aller dans les paramètres et de choisir l’onglet « Modifier la page ».

Modifier les onglets de la page

Dans le bas de cette page, il y a un bouton « Ajouter un onglet ». Pour en enlever, on peut appuyer sur « Paramètres » à côté du nom de l’onglet et le désactiver. Pour changer l’ordre des onglets de la page Facebook, c’est un simple « drag and drop ». Quand on met le curseur à la gauche du nom de l’onglet, une icône de déplacement va apparaître et il suffit d’appuyer sur le bouton de gauche de la souris et de déplacer l’élément à l’endroit désiré.

Onglets de la page Facebook

 

Sinon, il faut aussi s’assurer de mettre un bouton d’action. J’aime particulièrement « Appeler maintenant ». Les visiteurs sur mobile (environ la moitié des internautes) n’ont qu’à appuyer sur ce bouton pour vous joindre… Toutefois, il faut être sûr d’avoir quelqu’un qui va répondre. Sinon, on peut rediriger les gens sur notre site ou les inviter à nous écrire.

Bouton appeler

Facebook Live

Facebook Live est maintenant un incontournable dans une stratégie de marketing numérique. En gros, cela permet de diffuser en direct de sa page FB (ou d’un événement). Ce qui est merveilleux, c’est que c’est très facile à faire. Il suffit de passer par l’application FB de son téléphone intelligent et de prendre l’option « diffuser en direct ». Ensuite, on peut faire une vidéo qui va durer jusqu’à 90 minutes.

Pour ceux qui n’ont pas envie de lire, voici une vidéo que j’ai tournée sur le sujet.

Les avantages de Facebook Live

D’abord, l’avantage de la vidéo en direct, c’est que cela permet d’engager sa communauté, d’interagir avec des clients potentiels, de répondre à des questions.

De plus, ces vidéos sont très consultées. Selon certaines statistiques, les gens les écouteraient trois fois plus que les vidéos « normales ». C’est logique quand on sait que les gens recherchent de l’authentique sur Facebook.  Aussi, la visibilité de la vidéo est boostée par l’algorithme de Facebook et les gens qui suivent notre page reçoivent une notification pour leur dire qu’on est en direct.

De plus, la vidéo est conservée par la suite dans l’onglet vidéo, ce qui permet de la consulter de nouveau plus tard.

LA limite de Facebook Live

Il y a bien sûr quelques inconvénients, mais la principale limite, c’est qu’il n’y a qu’une prise. Toutefois, on ne contrôle pas l’environnement, il peut y arriver des imprévus, on peut bafouiller, oublier son texte. Par exemple, quelqu’un peut flusher une toilette à proximité pendant qu’on enregistre (cas vécu ici). Bref, on doit vivre avec les contraintes du direct. Pourquoi  utiliser Facebook Live?

Il y a de nombreuses utilités possibles, en voici quelques-unes :

  • Inviter les gens à venir nous visiter lors d’un événement
  • Donner les gagnants d’un concours
  • Annoncer une promotion en direct d’un événement ou d’un endroit (sur le même principe que les lives à la radio)
  • Donner une formation ou une conférence
  • Animer une session de questions et réponses
  • Donner des trucs
  • Montrer l’envers de la scène
  • Présenter une nouveauté
  • Faire une entrevue
  • Etc.

Quelques trucs pour bien réussir sur Facebook Live

  • Annoncer à l’avance pour créer un rendez-vous (au moins 24 heures à l’avance)
  • Offrir une bonne description de la présentation (le texte doit donner envie aux gens de vous entendre)
  • Répondre aux questions que vous recevez en temps réel
  • Terminer avec une invitation pour la prochaine (s’il y a lieu)

 

En fait, que vous souhaitiez vous lancer immédiatement dans l’aventure Facebook Live ou plus tard, essayez de garder ses quelques conseils en tête. Et n’oubliez pas que votre efficacité va augmenter avec l’expérience (et les erreurs, car il va y en avoir).